Messagerie en entreprise : Interpol arrête des milliers de « scammers »

Interpol, l’Organisation internationale de police criminelle, annonce les premiers résulats d’une enquête mondiale, coordonnée par ses soins, axée sur la fraude par ingénierie sociale.

L’opération nommée « First Light 2022 », a été menée du 8 mars au 8 mai. 76 pays ont été impliqués. Leurs autorités en charge sont intervenues dans des centres d’appels soupçonnés de fraude aux télécommunications ou d’escroqueries et arnaques en ligne (scams).

2 000 individus, fraudeurs et acteurs du blanchiment d’argent, ont été arrêtés, mentionne Interpol. Par ailleurs, 4000 comptes bancaires auraient été gelés et 50 millions $ (M$) issus de transactions « illicites » interceptés.

Les tendances rélevées pendant ces opérations ont été rendues publiques :

– Le blanchiment d’argent s’effectue d’un compte bancaire détourné à l’autre ;
– Les trafics, dont le trafic d’êtres humains, sont amplifiés via les réseaux et médias sociaux ;
– Le « vishing », un type d’hameçonnage utilisant des arnaques vocales pour inciter les cibles à divulguer des identifiants ou à cliquer sur un lien malveillant, augmente ;
– Le nombre de cyber acteurs malveillants qui se font passer pour des agents d’Interpol progresse également. La manoeuvre vise à obtenir un avantage financier d’organisations qui pensent faire l’objet d’une enquête.

« Business Email Compromise »

« La nature internationale de ces crimes ne peut être traitée avec succès que par une collaboration des forces de l’ordre travaillant ensemble au-delà des frontières, c’est pourquoi Interpol est essentiel pour fournir à la police du monde entier une réponse tactique coordonnée », a déclaré Rory Corcoran, directeur de l’IFCACC (Financial Crime and Anti-Corruption Centre) au sein d’Interpol .

« Les fraudes aux telecommunications et la compromission de courriels professionnels (Business Email Compromise ou BEC) préoccuppent de nombreux pays et ont un effet extrêmement dommageable sur les économies, les entreprises et les communautés. »

La communication d’Interpol intervient après la publication d’un rapport de l’entité IC3 (Internet Crime Complaint Center) du Bureau fédéral d’enquête (FBI) américain.

Selon ce rapport, les escroqueries en ligne ont coûté au moins 6,9 milliards $ (Md$) aux organisations en 2021 , dont 2,4 Md$ pour le seul piratage de messagerie en entreprise.

Le top 5 des escroqueries en ligne en fonction des coûts est le suivant :

1. Piratage de messagerie en entreprise (BEC) > 2,4 Md$ en 2021
2. Escroqueries et fraudes aux placements (investment scams & fraud) > 1,4 Md$
3. Arnaque aux sentiments (confidence fraud/romance scams) > 956 M$
4. Violations de données personnelles > 517 M$
5. Fraudes immobilières et à la location en ligne > 350 M$

(crédit photo © Shutterstock)