Messenger a été détourné pour faire du ‘spam’

Régulations

Quand un pop-up à usage interne se transforme en machine infernale à spams…

Microsoft n’a pas de chance. Déjà sous le feu des critiques concernant la sécurité de ses applications, le firme est aujourd’hui pointée du doigt pour favoriser, certes indirectement, l’envoi massif de ?spam’, sujet ô combien sensible aujourd’hui.

Explications. Le service de messagerie Messenger comporte une fonction qui permet de générer un pop-up. Ce dispositif avait été conçu pour les administrateurs de réseaux internes afin d’envoyer des messages à leurs usagers. Seul problème, cette fonction a été détournée par de petits malins, en l’occurrence la société de marketing D Squared, la transformant en machine à ?spams’, ces courriers indésirables. Microsoft reconnaît et concède que certains publicitaires avaient trouvé le moyen de détourner la fonction pour envoyer des ?spams’. En effet, aux Etats-Unis, des entreprises de marketing sont payées grassement pour pénétrer des applications (en profitant de ce type de failles) pour véhiculer des spams. L’éditeur conseille à ses usagers n’utilisant pas cette fonction de la désactiver. La FTC est saisie Le cas semble suffisamment grave pour que la commission fédérale du commerce (FTC) mette son grain de sel. La commission a précisé qu’elle avait obtenu une injonction judiciaire interdisant à D Squared d’utiliser le dispositif de Microsoft pour ?spamer’ les internautes. Selon la FTC, D Squared pratique des méthodes déloyales et interfère avec les consommateurs en faisant apparaître sur leurs écrans d’ordinateurs des messages publicitaires à répétition. Ironiquement les messages de cette compagnie invitent les internautes à visiter des sites pour acheter un logiciel valant de 25 à 30 dollars pour précisément stopper ces « pourriels » pop-up.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur