Micro-travail : 4 choses à savoir sur l’économie du clic en France

CloudEditeurs de logicielsLogicielsProjets

Près de 320 000 personnes développent une activité de micro-travail en France révèle une enquête. Une activité mal connue mais d’une ampleur similaire au développement du VTC et de la livraison express.

Comment ça marche l’IA ? Quelques algorithmes et beaucoup de micro-tâches, effectuées par des humains, pour les alimenter en données. La définition est sommaire mais reflète la chaine de valeur qui se construit sur le grand marché du logiciel, professionnel comme grand public.

Mais combien sont ces travailleurs du clic en France ? Trois chercheurs de Télécom ParisTech, du CNRS et de MSH Paris Saclay – Antonio Casilli, Clément le Ludec et Paola Tubaro –  viennent de publier les résultats d’une enquête ( PDF à télécharger ici) sur le sujet. 

1 – Combien de travailleurs du clic en France ?

– 14 903 individus « très actifs » sur les plateformes de micro-travail au moins 1 fois par semaine 
–  52 337 usagers « réguliers » présents au moins une fois par mois 
– 266 126 travailleurs « occasionnels » qui alternent entre l’inactivité et une pratique plus intensive du micro-travail

2- Quelles tâches accomplissent les travailleurs du clic ?

– Pour les auteurs, le « microtravail » se définit comme  » des tâches tâches fragmentées et standardisées, généralement payées à la pièce ». On parle de quelques centimes par tâche

– Exemples de tâches effectuées : 
> identifier ou nommer des objets sur des images
> transcrire des factures
> traduire des morceaux de texte
> modérer des contenus (comme des vidéos)
> trier ou classer des photographies
> répondre à des sondages en ligne
> alimenter des bases de données de machine learning : annoter, documenter, labéliser, et, plus généralement, augmenter

 » Son importance( du microtravail) dans le développement actuel de l’intelligence artificielle est confirmée par les investissements de plus en plus d’entreprises technologiques, y compris des géants comme Google et Microsoft, qui ont créé leurs propres marchés du micro-travail internes ou se sont appuyé sur des plateformes existantes. » précise l’étude.

3- Quelles sont les principales plateformes de micro-travail en France ?

Les auteurs de l’enquête ont développé une méthodologie ( très détaillée dans le document) pour extrapoler le nombre de travailleurs du clic, soit le nombre d’inscriptions françaises enregistrées sur les principales plateformes et se connectant depuis la France.

– Amazon Mechanical Turk : 1 250
– Microworkers : 12 766
– Clickworker : 72 720
– Clixsense : 130 900
– Wirk :  50 000
– Ferpection : 14 460
– Appen :  37 000

 Total :  319 096 inscriptions françaises

4- Que peut-on en conclure ?

Les auteurs de l’enquête estiment que les résultats  » montrent que le micro-travail a une incidence comparable voire supérieure aux effectifs des plateformes VTC et de livraison-express en France. Il n’est donc pas un phénomène anecdotique et il mérite une grande attention de la part des chercheurs, des partenaires sociaux et des décideurs publics. »

(crédit photo © shutterstock)

Lire aussi :