Microsoft a envisagé de s’emparer de SAP

Cloud

Des négociations se sont tenues en 2003, jusqu’en avril 2004. Le projet de fusion ayant été jugé trop complexe, rien n’a abouti

Il y a un an, Microsoft était sur le point de casser sa très grosse tirelire. Le premier éditeur mondial de logiciels avait en effet des vues sur le premier éditeur mondial de progiciels, l’allemand SAP.

Les discussions préliminaires, engagées à la fin 2003, visaient une fusion potentielle entre les deux éditeurs. Il s’agissait pour Microsoft de s’emparer de SAP valorisé autour de 42 milliards de dollars. Mais devant la complexité de l’opération, le géant américain a décidé d’interrompre les pourparlers avec son homologue allemand. Microsoft aurait pu être accusé, là encore, d’abus de position dominante. L’éditeur a déjà racheté Great Plains et Navision spécialistes des marchés des PGI et du CRM(logiciels intégrés, et relation clients) pour PME-PMI. Et il n’a jamais caché ses ambitions d’acquérir des éditeurs plus gros. Comment cette information est remontée aux oreilles de la presse? On sait que Microsoft est très discret sur ces projets d’acquisition. En fait, la firme de Redmond a effectué cette mise au point car elle a obtenu des informations confidentielles faisant état de la mention prochaine par le département de la Justice américain de l’existence de telles discussions dans le cadre du procès intenté contre l’offre d’Oracle sur son concurrent PeopleSoft (voir notre article). Si cette fusion avait eu lieu, elle aurait donné du grain à moudre à Oracle dont l’OPA sur PeopleSoft se heurte toujours à un refus en bloc de la part des autorités américaines.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur