Microsoft annonce la disponibilité de Windows 7 pour le 22 octobre

Logiciels

Windows 7 est très attendu par les constructeurs qui y voient un moyen de conjurer la récession du secteur informatique. Et par Microsoft pressé d’en finir avec Vista.

Acer avait lancé la rumeur. Microsoft vient de la confirmer. A l’occasion d’une conférence donnée au Computex 2009 de Taipei (Taïwan), Steve Guggenheimer, vice président de la division OEM et Grands comptes, a annoncé que Windows 7 serait disponible sur le marché dès le 22 octobre prochain. Avec quasiment un trimestre d’avance sur la date initialement annoncée.

La version RTM (Release to manufacture) sera, elle, fournie aux partenaires constructeurs dès le mois de juillet. Suffisamment tôt pour qu’ils équipent leurs solutions pour l’automne. Windows Server 2008 R2, le successeur de Server 2008 qui intègre l’hyperviseur de virtualisation Hyper-V, suivra le même calendrier et devrait donc être disponible vers la fin octobre.

Redmond confirme également la mise en œuvre d’un programme de mise à jour de Vista vers 7 pour les PC achetés un peu avant la disponibilité du nouvel environnement. “Nous sommes très heureux d’annoncer qu’il y aura un programme de mise à jour”, déclare Steve Guggenheimer. “Les clients pourront acheter un nouveau PC, que ce soit pour un étudiant entrant au collège ou par simple besoin, en ayant en tête que Windows 7 fait parti de l’achat.” Le responsable n’a cependant pas détaillé les modalités de l’opération dont l’organisation sera probablement laissée à la responsabilité des constructeurs et revendeurs.

L’avancée des développements du nouveau Windows combiné à un bon accueil des développeurs, entreprises partenaires et bêta-testeurs de tout poil laissaient entendre une finalisation prochaine du système d’exploitation. Mais, privilégiant cette fois la qualité, Microsoft s’en tenait jusqu’à présent à une sortie officielle pour début 2010. C’est tout juste si, récemment, l’éditeur avait consenti que le successeur de Vista serait prêt pour les fêtes de fin d’année. Récemment, Redmond avait mis à disposition la version RC de Windows 7, dernière version avant la finale envoyée aux constructeurs.

Mais l’accélération (ou les bons déroulements) des développements n’expliquent pas à eux seuls l’avancement du calendrier. Microsoft est sans doute pressé d’en finir avec l’image désastreuse de Vista accusé de lourdeurs, lenteurs, incompatibilité applicatives et matérielles de toutes parts. A l’inverse, Windows 7 gagne en rapidité et en légèreté. Contrairement à Vista, le nouvel OS est supporté par les netbooks (même si Microsoft n’est pas très clair avec les ressources processeurs nécessaires ) et affiche une compatibilité de 75 % avec les drivers des matériels du marché (voire 90 % via les mises à jours Windows Update). Quant aux applications, leur taux de compatibilité serait quasi total grâce notamment à XP Mode, une machine virtuelle assurant la compatibilité des applications tournant à l’origine sous Windows XP.

Cerise sur le gâteau, Windows 7 gère la technologie tactile multipoints. Ce qui laisse entrevoir l’apparition d’une nouvelle génération d’appareil à l’image du HP ToushSmart, un PC tactile tout-en-un (mais uni point) embarquant une surcouche logicielle pour gérer au doigt et à l’œil les applications embarquées.

Mais surtout, Microsoft a besoin de renflouer ses poches. Non pas tant en vue de racheter Yahoo ( quoi que… ) mais pour redresser la situation financière. Redmond a récemment affiché son premier trimestre en déclin, de 6,5%. Du jamais vu à Redmond depuis la création de la société en 1975. Le système d’exploitation comptant pour un tiers environ de ses revenus, il est temps que la poule aux oeufs d’or effectue un retour en force sur le devant de la scène financière.

Enfin, Windows 7 est très attendus par les partenaires constructeurs qui y verront probablement un moyen de conjurer une économie en berne où les ventes de PC sont en baisse de manière plus ou moins marquée selon les zones géographiques. Windows 7 a effectivement toutes les chances d’inverser la tendance. Notamment en investissant le marché des netbooks dont les bons résultats confirment l’intérêt des consommateurs pour ces ultra portables économiques.

Il reste cependant à savoir si les entreprises adopteront massivement le nouveau système, probablement à l’occasion d’un renouvellement du parc des machines. Or, la récession s’installant, les entreprises ont tendance à prolonger la durée de vie de leurs matériels en attendant des jours meilleurs et cela malgré l’usage d’un OS apparu en 2001. Nombre d’analystes ne voient pas de reprise avant le 2e semestre 2010.

D’autre part, se pose la question d’Office 14. Microsoft a toujours eu pour stratégie de synchroniser les sorties de Windows et de sa suite Office dans une volonté de simplification des mises à niveau pour les professionnels. Or, il semble peu probable que le successeur d’Office 2007 soit prêt pour l’automne prochain. Steve Ballmer ayant récemment annoncé aux analystes financiers que la suite bureautique serait disponible en 2010. Mais le succès très attendu de Windows 7 vaut bien une petite entorse aux traditions…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur