Microsoft booste la puissance des machines virtuelles d’Azure

CloudDSI
Performance des réseaux mobiles

Les VM de la série D proposées sur Microsoft Azure proposent une puissance de calcul améliorée et des SSD en standard. Une offre de hautes performances.

Microsoft vient de commercialiser une nouvelle famille de machines virtuelles pour son service de cloud public Azure. Les VM (virtual machines) de la série D proposent des processeurs virtuels environ 60 % plus rapides que ceux de la série A. La capacité de mémoire vive pourra grimper jusqu’à 112 Go. Enfin, des SSD sont présents en série, afin de garantir un haut niveau de performances disque.

Voici les offres disponibles. Pour des usages classiques tout d’abord :

  • D1 : 1 vCore, 3,5 Go de RAM, 50 Go de SSD (0,1185 à 0,1669 euro HT de l’heure) ;
  • D2 : 2 vCore, 7 Go de RAM, 100 Go de SSD (0,2369 à 0,3337 euro HT de l’heure) ;
  • D3 : 4 vCore, 14 Go de RAM, 200 Go de SSD (0,4737 à 0,6673 euro HT de l’heure) ;
  • D4 : 8 vCore, 28 Go de RAM, 400 Go de SSD (0,9473 à 1,3346 euro HT de l’heure).

Et pour les forts besoins en mémoire vive :

  • D11 : 2 vCore, 14 Go de RAM, 100 Go de SSD (0,2726 à 0,3374 euro HT de l’heure) ;
  • D12 : 4 vCore, 28 Go de RAM, 200 Go de SSD (0,5452 à 0,6747 euro HT de l’heure) ;
  • D13 : 8 vCore, 56 Go de RAM, 400 Go de SSD (0,9816 à 1,2147 euro HT de l’heure) ;
  • D14 : 16 vCore, 112 Go de RAM, 800 Go de SSD (1,7665 à 2,1857 euros HT de l’heure).

Notez que les tarifs varient selon le datacenter choisi pour héberger les machines virtuelles. Les plus abordables sont Europe North, US East 2 et US South Central.

Du haut de gamme économique

La firme devrait également proposer prochainement des offres de la série D plus économiques. Ces dernières proposeront moins d’espace disque : de 10 Go à 200 Go pour les VM classiques et de 40 à 200 Go pour celles pourvues de plus de mémoire vive.

Répartition de charge et montée en charge automatique ne sont ici pas prises en compte. Ces machines virtuelles seront donc principalement réservées aux tâches de tests ou de développement d’applications.

Sur le même thème

Nouvelle panne majeure pour le Cloud Microsoft Azure
DocumentDB : le Cloud Microsoft Azure passe au NoSQL
Avec Azure Machine Learning, Microsoft met de l’intelligence dans les données

Crédit photo : © iQoncept – Shutterstock


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur