Microsoft dans la tourmente en Corée du Sud

Régulations

L’éditeur pourrait se voir contraint de modifier Office ou de cesser de
commercialiser sa suite bureautique

La Cour suprême de Corée du Sud vient de rendre son jugement et a rejeté la demande de Microsoft de non application des brevets du professeur Lee Keung-Hae, de l’Université Hankuk Aviation.

Ce dernier a obtenu durant les années 80 des brevets sur la traduction automatique du coréen vers l’anglais. Les droits de ces brevets ont été rachetés en 2000 par la société technologique P&IB.

Pour cette dernière, selon son président Kim Kil-Hae, “Microsoft a adapté notre technologie à sa suite Office sans s’entendre avec le professeur Lee et a affirmé devant la Cour que les brevets ne sont pas applicables.

Microsoft a en effet tenté de faire invalider les brevets et reste fixé sur cette démarche? Mais la Cour suprême ne l’a pas entendu de cette oreille et a déclaré que les brevets du professeur Lee couvrent la technologie de Microsoft de traduction automatique du coréen vers l’anglais !

Microsoft pourrait donc se voir contraint de retirer cette technologie d’Office, et s’il maintient sa position l’interdiction de vente de sa suite pourrait éventuellement être prononcée.

Et verser 75 millions de dollars à P&IB, une perspective qui ne sourit pas à Microsoft, qui après le règlement à l’amiable, et pour 30 millions de dollars, signé avec le portail internet Daum sur l’intégration de Messenger dans Windows craint de voir se multiplier ce type de procédure.

Microsoft a indiqué qu’il conserve l’espoir de voir les brevets du professeur Lee invalidés?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur