Microsoft et l’INRIA co-produiront du logiciel libre

Régulations

Steve Ballmer, p-dg de Microsoft, est venu à Paris pour signer la convention instituant, avec l’INRIA, un laboratoire de recherche commun, comptant 30 à 40 scientifiques. Une goutte d’eau. Mais un inédit: la mise à disposition de logiciel libre !

L’événement était pré-annoncé. Mais au jour J, on n’a rien appris sur les moyens, le montant de l’investissment -non communiqué-, sur l’organisation à terme… de ce qui ressemble à une souris face à la montagne de la R&D de Microsoft ou face aux 3.500 chercheurs de l’INRIA!

En revanche, le ministre délégué à la Recherche, François d’Aubert, co-signataire de l’accord, a évoqué une “première”: la “diffusion des travaux sous forme de logiciels avec licence libre, mais sans exclure la possibilité d’une commercialisation, car “libre”, à la différence du terme anglais “free” ne signifie pas toujours gratuit!“. Gilles Kahn, p-dg de l’INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique), a confirmé: Microsoft a signé “une convention dans laquelle le principe d’un libre accès aux travaux, et aux logiciels, en particulier, était écrit“. Pour sa part, Andrew Hebert, d-g de Microsoft Research Cambridge, également co-signataire, a précisé que “les résultats des recherches seront disponibles au même titre que les travaux issus des organisations de normalisation, par exemple“. “Mais il y aura aussi des “sources” propres au laboratoire, avec des droits de propriété“, a-t-il tenu à ajouter. Le communiqué précise : « Les chercheurs du laboratoire commun mèneront leurs recherches dans un environnement ouvert et collaboratif. Les résultats de leurs travaux seront rendus publics par le biais de publications scientifiques, et les outils et prototypes logiciels seront mis à disposition gratuite de la communauté scientifique. Le contexte d’exploitation commerciale des travaux du laboratoire sera conjointement défini par l’INRIA et Microsoft dans le cadre des règles en vigueur en France en la matière. » En clair, il reste à régler ce volet… L’INRIA dispose déjà de deux modèles de référence: deux laboratoires partagés l’un avec Thomson, et l’autre avec Philips. Au menu: sécurisation et traitement de données complexes Ce laboratoire de recherche au budget non déterminé vise deux domaines de recherche et d’applications ciblés: – la création de nouvelles méthodes pour rendre les systèmes logiciels complexes plus fiables et plus sécurisés, dans la continuité des travaux conjoints réalisés par Microsoft et l’INRIA sur les fondements des langages de programmation et sur l’utilisation des programmes informatiques dans la démonstration de théorèmes mathématiques ; – le développement de nouveaux outils logiciels pour l’analyse et le traitement de données scientifiques complexes.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur