Microsoft et Paris Développement assistent les ‘start-ups’

Régulations

L’éditeur a signé un partenariat avec la ville de Paris et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris. Objectif: permettre à des ‘start-ups’ de se développer et de trouver des clients

La ville de Paris veut dynamiser la croissance des “jeunes pousses” IT dans la région et devenir la capitale des nouvelles technologies. Pour y parvenir, elle a mis en place le projet “Paris Développement” qui propose une palette de services: bureaux, secrétariat, accès Internet, aides… Elle vise le soutien de 70 ‘start-ups’.

Ce projet est soutenu par Microsoft. L’éditeur a en effet signé un partenariat avec la ville de Paris. Il combinera son propre programme de soutien -IDEES (Initiative pour le Développement Economique des Editeurs de logiciels et des Start-up)- à celui de la capitale. “L’objectif est d’aider et d’accompagner ces “jeunes pousses” en apportant notre aide technologique et notre caution”, nous a expliqué Julien Codorniou, responsable du projet pour Microsoft. Concrètement, Microsoft France proposera aux jeunes entreprises incubées à Paris Cyber Villages et ayant fait le choix des plates-formes Microsoft (c’est la moindre des choses…), de bénéficier, selon leurs besoins : – d’un accès privilégié aux logiciels Microsoft, – de journées de conseils d’experts avec des développeurs, architectes et chefs de produits Microsoft, – d’un accès au Microsoft Technology Center basé à Paris permettant de tester des applications dans différents environnements matériels et logiciels, – d’accéder aux ressources techniques de Microsoft France, de formations et d’ateliers techniques gratuits, d’actions de communication, via notamment la création d’un espace « incubés » sur le site Internet de Microsoft France et la création d’un salon des incubés. Aide technologique mais surtout aide commerciale. “Nous tentons de vendre les technologies et les solutions des “jeunes pousses” aux clients. Notre présence est une caution très forte pour le client final. On rassure. Car il faut reconnaître qu’en France, les entreprises se méfient des ‘start-ups’ depuis l’effondrement de la bulle internet”, souligne Julien Codorniou. Les premiers résultats sont là. Comme par exemple la société Miowa, qui a développé une solution d’e-mail mobile: elle a trouvé un débouché de taille chez .Ten, le nouvel MVNO lancé recemment par Jean-Louis Constanza. Evidemment, Microsoft y trouve aussi son compte. “Ce n’est pas du mécénat, nous cherchons aussi un retour sur investissement”, poursuit Julien Codorniou. “On dynamise notre entreprise à travers ce programme: la réussite de ‘start-ups’ met en avant la qualité de nos produits”. En tout cas, cette expérience unique rencontre un intérêt certain, puisque d’autres pays ou capitales devraient bientôt lancer le même type d’opération.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur