Microsoft ferme son service de ‘chat’ sur MSN

Régulations

Selon la firme, ce service, gratuit, véhiculait trop de spams pornographiques et pédophiles. Il sera fermé partout, sauf aux USA, au Canada et au Japon où il sera payant

Microsoft a donc tranché et sa décision est radicale. La firme de Redmond a décidé de fermer son service de discussion en ligne gratuit (‘

chat‘) accessible depuis son portail MSN à partir du 14 octobre prochain. Raison invoquée: le service serait constamment inondé de spams à caractère pornographiques et pédophiles. “Cette modification vise à protéger les utilisateurs de toute information non sollicitée comme des courriers ou publicités pornographiques et à mieux protéger les enfants de communications en ligne non appropriées” explique MSN dans un communiqué. 206 millions de pages X sur la Toile Néanmoins, le service de ‘chat‘ de MSN continuera à être disponible aux Etats-Unis au Canada et au Japon où il deviendra un service accessible uniquement par souscription, c’est à dire payant… Une confirmation supplémentaire du virage vers le payant pris par MSN. Cette décision intervient deux mois après l’affaire du Marine américain. En juillet dernier un ex-Marine américain de 32 ans, Toby Studabaker, avait fugué avec une Britannique de 12 ans, Shevaun Pennington, rencontrée sur le Net. La fugue avait duré cinq jours, et créé un énorme émoi en Grande-Bretagne jusqu’à l’arrestation de Studabaker en Allemagne. Extradé vers la Grande-Bretagne le 21 août et incarcéré à Manchester, il est accusé d’enlèvement d’enfant. Elle intervient également au moment où une étude montre que le nombre de pages pornographiques sur l’internet a atteint 260 millions, soit 1.800% de plus qu’il y a cinq ans. Si du côté des associations de protection de l’enfance on salue cette décision, du côté des FAI on reste dubatatif. Freeserve, numéro un britannique des fournisseurs d’accès à internet, on qualifie cette fermeture d’“irresponsable”, estimant qu’il s’agissait “d’un coup publicitaire”. “Nous connaissons les problèmes des forum de discussion en ligne mais les fermer n’est pas une solution. Il s’agit de les rendre plus sûrs pour les utilisateurs, avec des contrôles parentaux, des conseils pratiques de sécurité et une surveillance”, a ajouté Freeserve, filiale du français Wanadoo. En France, l’association des fournisseurs d’accès à internet (AFA) a regretté mercredi la décision de Microsoft et privilégie des solutions permettant de restreindre l’accès aux forums et de contrôler les discussions. “C’est malheureux d’en arriver là et cela montre les ravages du «spam» pour le fonctionnement harmonieux de l’internet”, a relevé Stéphane Marcovitch, délégué général de l’AFA. Enfin, pour Jean-Claude Patin, spécialiste des technologies de l’information de la société d’information juridique Juritel, faire payer les forums ne va pas permettre de barrer la route aux pédophiles mais plutôt de limiter l’accès aux mineurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur