Microsoft gagne une manche contre Sun et Java

Cloud

La firme de Bill Gates ne sera finalement pas obligée d’intégrer le langage Java de Sun

Enfin une victoire juridique pour Microsoft. Une cour d’appel fédérale a en effet annulé une décision de justice qui obligeait l’éditeur à intégrer dans son Windows le langage de programmation Java de son concurrent Sun Microsystems.

Java est un langage de programmation universel qui permet de faire fonctionner certains programmes notamment les animations et le graphisme de nombreux sites Internet. Les logiciels écrits avec Java peuvent fonctionner sous n’importe quel système d’exploitation, d’où la menace potentielle pour Windows, qui équipe neuf ordinateurs sur dix dans le monde. Le tribunal a estimé que le juge J. Frederick Motz s’était trompé en première instance en ordonnant à Microsoft d’intégrer Java. Dans son jugement, la Cour a estimé que le juge Motz n’avait pas fourni de preuve de “tort immédiat irréparable”. Cette première décision avait été motivée par le comportement jugé répréhensible du numéro un mondial des logiciels en matière de concurrence. Le juge Motz avait instruit des dossiers issus de la procédure antitrust intentée par l’administration fédérale contre Microsoft en 1998. Il avait rendu sa décision le 23 décembre dernier. Le groupe informatique Sun Microsystems, qui réclame un milliard de dollars de dommages, accuse Microsoft d’avoir tenté de saboter le langage multi-plateforme Java et de “forcer des compagnies à distribuer ou utiliser des produits non compatibles avec Java”. Mais Sun n’est pas complètement perdant, car la Cour d’appel a, dans le même temps, confirmé une injonction préliminaire protégeant ses droits sur la propriété intellectuelle. Cette injonction interdit à Microsoft de distribuer des produits similaires à ceux de Sun pour ordinateurs personnels, comme Java Virtual Machine.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur