Microsoft réplique à Ineum sur l'idée d'un lancement difficile de Windows 7

Logiciels

Suite à notre entretien avec Fabrice Bardon, consultant manager d’Ineum Consulting, mettant en cause Windows 7, Microsoft monte au créneau et veut rétablir quelques vérités, chiffres à l’appui.

Dans un précédent article, Fabrice Bardon, du cabinet Ineum Consulting, expliquait les raisons qui le poussaient raisonnablement à penser que le lancement de Windows 7 serait difficile. En réponse, Silicon.fr souhaite aussi faire entendre un autre son de cloche, celui de Microsoft : Julien Lesaicherre, chef produit Windows, et Jérome Tredan, directeur marketing Windows Entreprises chez Microsoft France, apportent ici leurs contre-arguments.

Que pensez-vous du parallèle entre Vista et 7 qui illustrerait la difficulté à lancer un système d’exploitation?

Jérôme Tredan :

Les situations sont difficilement comparables. En effet, Windows XP est resté 5 ans seul sur le marché, tandis que Windows 7 arrive 3 ans après le lancement de Vista. Toutefois, XP a mis deux ans pour parvenir à un taux de pénétration de 10 % dans les entreprises, et cinq ans pour atteindre 50 %.

Chez Microsoft, nous savons bien que le déploiement d’un système d’exploitation est un processus long et coûteux, qu’il est complexe. Au total, ces projets durent de 18 et 24 mois.

Auprès du grand public, la pénétration est plus rapide. D’autant plus que les particuliers achètent ou rachètent un PC déjà préinstallé.

Julien Lesaicherre : En mars dernier, le cabinet d’étude Gartner suggérait aux entreprises de cesser de débattre sur les choix entre XP ou Windows 7 pour deux raisons majeures. Premièrement, si Microsoft prolonge le support d’XP jusqu’en 2014 (et cela était décidé depuis longtemps), ce dernier deviendra payant. Et surtout : les éditeurs tiers ne le feront pas pour leurs applications sous Windows. Et le même Gartner estime que les entreprises qui ne migreront pas risqueront de connaître de gros problèmes dès 2012. Et si donc elles souhaitent conserver leur parc sous Windows, elles devront migrer en urgence sous Windows 7, ou prévoir des systèmes de virtualisation ou autres.

Et pourtant, il est vrai que Vista a vraiment mis du temps à décoller…

Julien Lesaicherre : Au démarrage de Vista, nous n’étions effectivement pas prêts. Et le service pack 1 (SP1), disponible un an après le lancement, a réellement réglé tous les problèmes. Et il est vrai que la pente a été très difficile à remonter.

Jérome Tredan : Il y a environ 3 200 éditeurs indépendants (ISV) en France. Nous les avons tous contactés au sujet de Windows 7 pour préparer très en amont le programme de compatibilité. Et nous avons même ouvert un site Web dédié (http://www.microsoft.com/france/windows/windows7/compatibilite/default.aspx) pour afficher les logiciels compatibles Windows 7. Et l’on compte déjà plus de 1 200 applications référencées, trois mois avant le lancement officiel.

Comment pouvez-vous affirmer que Windows n’aura pas de mal à décoller?

Jérome Tredan :

La part de marché de Seven a déjà décollé. Sur TechNet (http://technet.microsoft.com/fr-fr/default.aspx) [NDLR : le site dédié à la communauté des informaticiens travaillant avec des technologies Microsoft], nous avons constaté que 6% à 7% des connectés sont déjà passés à Windows 7. Et le téléchargement de la RC (version avant la définitive) a battu des records. De nombreuses entreprises ont essayé Windows 7 très en amont du développement. Des certaines comme Bouygues, Elior, Sysallians ou le Crédit Agricole témoignent même ouvertement de leur satisfaction.

Quant aux tarifs, les prix de Windows 7 pour les entreprises vont baisser de 15% au minimum sur les mises à jour pendant six mois après le 6 octobre. Et cela, pour toute migration depuis Vista, XP, ou tout autre OS Microsoft.

Quels principaux arguments exposeriez-vous pour convaincre une entreprise d’adopter Windows 7 ?

Julien Lesaicherre : Tout d’abord, tout PC, même de plus de deux ans, pourra fonctionner parfaitement sous Windows 7, et mieux encore que sous Vista. De plus, il n’y aura plus de rupture applicative. D’une part, de nombreux éditeurs participent au programme de compatibilité ; d’autre part, Seven propose une solution de virtualisation intégrée pour les programmes sous XP (le XP Mode).

La productivité en situation de mobilité sera fortement améliorée grâce à la technologie Direct Access qui fournit une fonction de type VPN, de façon transparente pour l’utilisateur. Par ailleurs, la fonction BitLocker permet un chiffrement automatique des dossiers et protège les fichiers sur PC portables, disques durs externes et clés USB, les rendant inaccessibles et inutilisables par un tiers. Il y a peu, j’ai appris que l’on comptait plus de 700 PC portables perdus par semaine rien qu’à l’aéroport Charles de Gaulle.

Seven va bien plus loin dans la rationalisation et l’administration du poste de travail. Ainsi, il est possible de définir une image “master” unique pour diverses machines physiques. De plus, la fonction WIM2VHD transforme le fichier image Windows 7 en format WIM (Windows Image) en fichier VHD (Virtual Hard Disk). Cela autorise un ‘boot’ direct sur machine virtuelle.

Powershell offre un langage de scripting évolué et autorise la prise en main à distance sécurisée pour ouvrir un port, défragmenter un disque…

Enfin, avec le Problem Steps Recorder (PSR), l’utilisateur qui rencontre un problème peut enregister des actions qui posent problème afin de les envoyer à l’assistance sous la forme d’un fichier unique (type HTML regroupant captures d’écran et notes automatisées).

_______________________________________________________________

(publicité) LIVRE BLANC: ‘Lean Thinking’ etGouvernance du développement. IBM vous propose et vous offre les clés de l’agilité. Téléchargez ici gratuitement la publication IBM Rational comportant une étude du Gartner.

Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur