Microsoft revend vos widgets et applis Windows Mobile

Logiciels

Windows Marketplace pour Mobiles reçoit les applications de tiers, à l’instar de l’iPhone App Store. Certification par Microsoft, et peut-être un paiement directement imputé sur la facture télécom de l’acheteur.

Un million de téléchargements, une boutique accessible depuis 77 pays proposant 65 000 applications, et au service de 45 millions d’utilisateurs mobiles ! Des chiffres claironnés fièrement par Apple à ses investisseurs lors de l’annonce de ses résultats trimestriels. Des revenus, a bourse et le succès. Comment Microsoft pouvait-elle résister à un tel exemple de réussite? Après Google et son Android App Market, la firme de Bill Gates ouvre désormais son application store aux applications tierces pour sa plate-forme mobile.

99 dollars sinon rien

La Windows Marketplace for Mobile (Windows Marketplace pour Mobiles en France), annoncée en mars dernier, a été ouverte mi-mai aux programmeurs et éditeurs indépendants (ISV) pour les États-Unis et pays anglophones. «Cela nous a permis de rôder le système et les processus avant la généralisation à d’autres pays, » rapporte Frédéric Brandt, chef de produit Mobilité Chez Microsoft France. Depuis hier soir, l’Application Store de Microsoft est désormais accessible aux programmeurs de 29 pays, dont la France. Contre un abonnement annuel de 99 dollars (environ 70 euros), les développeurs et les ISV (Independant software vendors ou éditeurs) peuvent créer un compte en ligne. « Outre l’abonnement, le programmeur devra verser 99 dollars par application (gratuite ou payante) soumise. Cependant, jusqu’à fin 2009, nous proposons une promotion à 99 dollars pour 5 applications soumises. Par la suite, il suffira au créateur de verser son abonnement de 99 dollars pour que toutes ses applications soient maintenues sur le site, »précise Frédéric Brandt. Le paiement est aussi un moyen de filtrer la qualité des développeurs…

Certifier vraiment pour assurer la qualité Microsoft mise donc sur la qualité testée et approuvée, et impose un processus de certification pour chaque application. Les développeurs devront suivre des règles détaillées sur le site et faire valider leurs développements. Lorsqu’il aura déposé sa création, le programmeur pourra suivre le stade d’approbation de son travail en direct sur le Web depuis son Developer Dashboard. En cas de refus, Microsoft s’engage à répondre au développeur en lui expliquant précisément les raisons de cette décision. Une application devrait actuellement être certifiée dans un délai de dix jours ouvrables. « Nous certifions les applications selon le principe First In-First-Out, » annonce Microsoft. Priorité au premier entrant !

Le développeur peut inclure ses présentations marketing sur la place de marché pour présenter ses applications aux dizaines de millions d’utilisateurs Windows Mobile. « Il recevra 70 % du montant des ventes, hors taxe. Le prix de l’application est librement fixé par le développeur, avec un minimum de 99 cents, soit environ 70 centimes d’euros. Éventuellement, le développeur pourra choisir un pris différent selon l’origine géographique du mobinaute. Et pour les applications gratuites, la règle des 99 dollars d’abonnement subsiste,» souligne Frédéric Brandt.

Les opérateurs de téléphonie dans la boucle ? L’acheteur peut évidemment télécharger les applications directement depuis son téléphone et disposera de plusieurs moyens de paiement : paiement direct via téléphone, ou possibilité de passer par la facture de l’opérateur. « Nous négocions actuellement avec les opérateurs de téléphonie mobile, pour que leurs abonnés puissent retrouver sur leur facture les applications ou widgets Windows Mobile, aux côtés des autres consommations (SMS, communications surtaxées, sonneries téléchargées, etc.) Ce scénario sera bien plus simple et plus agréable pour l’utilisateur final. Bien entendu, l’opérateur touchera un intéressement, mais il sera prélevé uniquement sur la part de Microsoft, » ajoute Frédéric Brandt.

Si le design et la conception de l’iPhone sont des éléments clés de son succès, les applications disponibles sur la plate-forme le sont aussi, du gadget (souvent très utile) à l’application professionnelle. D’ailleurs, Apple et les opérateurs l’ont bien compris en communiquant fortement sur ces applications dans toutes leurs publicités. Microsoft se décide enfin à se lancer dans la course des applications pour mobile. On peut compter sur son expérience de mobilisation des réseaux de partenaires pour développer rapidement ce mouvement. A suivre dans quelques semaines


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur