Microsoft revient à la technologie radio FM

Régulations

Comment intégrer l’Internet dans notre quotidien ? Microsoft apporte une réponse en relançant la technologie radio FM

Bill Gates a présenté fin janvier au salon Consumer Electronic Show de Las Vegas le programme SPOT (

Smart Personal Object Technology). Passé quasiment inaperçu, il est destiné à intégrer Internet dans les objets et gadgets du quotidien: montres, réveils et, plus surprenant, les magnets que l’on place sur les réfrigérateurs. La particularité du projet provient de l’approche “consommateur”. En effet, l’intégration d’Internet serait quasi transparente; elle ne modifierait que très peu nos habitudes. Selon Bill Gates, la technologie SPOT rend l’accès à l’information permanent, “anytime, anywhere”, et dans une approche plus agréable. Selon une enquête de Microsoft, le consommateur demande à accéder et à recevoir immédiatement l’information. Pour reprendre l’exemple de la montre, l’utilisateur pourrait avoir un accès simplifié à la météo, à la circulation, aux informations sportives ou boursières.

Pourquoi la technologie radio FM?

La technologie Spot est simple, car basée sur les ondes radio FM (modulation de fréquences), dont on connaît la capacité à se diffuser dans les lieux les plus reculés. Elle est aussi économique, entre 100 et 300 dollars pour une montre Spot. Sans oublier l’abonnement mensuel aux services de Microsoft! Le choix de la technologie radio FM, déjà ancienne, n’est pas anodin. Les émetteurs sont légion et couvrent la majorité des territoires occidentaux, et en particulier toutes les grandes agglomérations. Les bandes passantes sont disponibles dans les basses fréquences. Les chaînes de production, en grande partie amorties, donnent accès à des composants à bas prix, avec une faible consommation en énergie. Le projet Spot, initié par Microsoft voici trois ans, et dont les premières applications seront prochainement disponibles, est basé sur un protocole radio FM à 67 kilohertz développé conjointement avec SCA Data Systems, et sur des chips radio utilisant le protocole Direct Band de National Semiconductor. Le premier processeur développé par National Semiconductor tourne à 28 mégahertz et intègre 384 ko de mémoire vive. Le système Spot, contenu sur une ROM de 512 ko, est basé sur une version du “vieux” langage Basic. Les connaisseurs retrouveront une configuration proche du premier PC IBM de 1981 ! De nombreuses interrogations demeurent Le programme intégré est destiné à traduire l’information téléchargée en code compatible avec Microsoft .Net. A bien y regarder, deux interrogations majeures demeurent : 1- Avec une vitesse de transfert de 12 ko/minute, le temps de chargement est largement inférieur à celui d’un modem classique. Microsoft rétorque en affirmant que ce débit permet de télécharger jusqu’à 125 Mo par jour. Mais pour les stocker où? En tous cas, cette technologie n’autorise pas le transfert de vidéo. 2- La technologie Spot nécessite de modifier les émetteurs FM afin d’intégrer les générateurs de protocole SCA. Il semblerait, sur ce plan, que Microsoft ait initié secrètement des contacts avec les principaux réseaux FM américains. La personnalisation de l’information transmise est effectuée via l’attribution d’un identifiant unique associé à chaque client.

Premières expérimentations Seattle, San fransisco et San Jose servent actuellement de bases d’expérimentation grandeur nature, avec la participation de trois fabricants de montres, dont Citizen. Pas de miracle, cependant, l’écran d’une montre connectée ne dépasse pas les 120 x 90 pixels. Et la batterie de la montre doit être rechargée chaque nuit. Quant aux réveils et magnets de réfrigérateur, s’ils existent sous forme de prototypes, aucun accord de production n’a été engagé. Microsoft a déjà engagé 50 millions de dollars dans le développement du projet Spot.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur