Microsoft tape sur le nez d’un pirate récidiviste

Sécurité

WGA ne veut pas dire “avantage d’un Windows gratuit” mais “avantage d’un Windows original”…et une “erreur” de traduction peut coûter cher

Le propriétaire britannique d’un magasin d’informatique, William Ling est dans la ligne de mire du géant américain de Redmond : Microsoft.

Microsoft a l’intention de faire un exemple, il faut dire que cette affaire met en exergue le fait que certains magasins vendent des OS de Microsoft sans fournir de licence ou alors avec une fausse licence générée par un Key Generator pirate. William Ling, propriétaire du magasin Oyster Computers, a été arrêté par la police en février après un raid mené dans son magasin suite à un coup de fil anonyme. Il a été accusé de plusieurs violations du droit du commerce et en mai 2005, il a décidé de plaider coupable et a été condamné à une amende de 10.000 livres. Seulement deux mois après cette première condamnation, William Ling a recommencé son commerce frauduleux. Particulièrement agacé, Microsoft a lancé une nouvelle action, mais a revu à la hausse ses exigences: 12 millions de livres! Une somme correspondante selon la firme de Redmond au montant du préjudice subi. Face à une menace de cette importance, Ling a finalement décidé d’arrêter de vendre des OS contrefaits. Selon différentes sources son précédent business lui aurait rapporté près de 3,5 millions de livres sterling en cinq ans. Cette affaire montre bien que Microsoft s’est engagé dans une lutte sans pitié contre le piratage de ces applications. Avec son système d’authentification WGA, le groupe espère pouvoir diminuer le piratage de 11,7 % à 5%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur