Pour gérer vos consentements :
Categories: BusinessCloud

Microsoft va-t-il fabriquer ses processeurs pour serveurs ?

Que va faire Mike Filippo chez Microsoft ? Son profil LinkedIn indique un titre de « Chief Compute Architect » depuis décembre 2011 en provenance d’Apple, où il a passé près de trois ans dans un poste équivalent.

Relevé par Bloomberg, ce « transfert » relance les spéculations sur l’intention de Microsoft de développer ses propres processeurs pour serveurs. En précisant que le nouveau « microsoftee » travaille dans la division Azure dirigé par Rani Borkar, l’agence de presse souligne que l’éditeur suit les traces de ses concurrents Google Cloud et AWS qui adoptent des stratégies similaires.

Mike Filippo – Chief Compute Architect de Microsoft

Des spéculations largement nourries par le CV de Mike Filippo qui affiche une belle carrière, entièrement consacrée aux processeurs.  Il débute  en 1996 chez AMD en tant que « CPU Designer », puis travaille chez Intel pendant cinq ans (2004- 2009 ) comme « Chief CPU/System Architect » avant de rejoindre ARM au Royaume-Uni pendant près de dix ans, où il a atteint le poste de « ARM Fellow ».

Microsoft avec Intel et AMD

En 2017, Microsoft avait profité du Open Computer Summit pour annoncer l’arrivée de puces ARM sur son projet Olympus, le design de serveur Open Source présenté quelques mois plus tôt. Une initiative qui ne s’était  pas concrétisée.

Les processeurs  Intel et AMD équipent la majorité de ses services cloud Azure.

Bloomberg avait déjà rapporté en 2020 que Microsoft travaillait sur la conception de processeurs  pour ses serveurs et, éventuellement, la gamme Surface, qui comprend des ordinateurs personnels et des tablettes.

Pour Apple, ce départ sonne comme une autre mauvaise nouvelle après celui de Jeff Wilcox,  son « Director of the Mac System Architecture » , intervenu quelques jours plus tôt. Il a choisi de retourner chez Intel comme  » Design Engineering Group CTO, Client SoC Architecture. »

» Après huit années incroyables, j’ai décidé de quitter Apple et de poursuivre une autre opportunité. Ce fut une aventure incroyable et je ne pourrais pas être plus fier de tout ce que nous avons accompli pendant mon séjour là-bas, culminant avec la transition Apple SIlicon avec les SOC et les systèmes M1, M1 Pro et M1 Max. » « , a-t-il posté sur LinkedIn.

Sur un marché mondial en forte tension, la guerre des puces se joue aussi sur le terrain des RH.

Recent Posts

Guerre en Ukraine : les PME et ETI redoutent les cyberattaques

Le CESIN publie une étude qui témoigne d’une vraie « cyber-crispation » des dirigeants d’entreprises…

40 minutes ago

Logiciels : Broadcom convoite VMware, qui bondit de 20%

Le fabricant américain de semi-conducteurs Broadcom pourrait acquérir VMware, spécialiste de la virtualisation et des…

18 heures ago

Cybersécurité : Microsoft recrute encore pour renforcer ses produits

Microsoft a recruté Jason Roszak, chef de produit réputé, pour optimiser la gestion des serveurs…

18 heures ago

Antennes 5G : Deutsche Telekom explore l’éolien pour les alimenter

Utiliser l’énergie éolienne pour contenir la flambée des coûts de l’électricité en Allemagne, c'est le…

21 heures ago

Souveraineté numérique : le choix de Bruno « Bercy » Le Maire

La compétence "numérique" est étendue aux prérogatives de Bruno Le Maire, reconduit à la tête…

23 heures ago

Windows 11 : Microsoft se rapproche de la disponibilité d’Android 12.1

Microsoft a publié une mise à jour qui permet, pour les testeurs de Windows 11,…

1 jour ago