Microsoft veut démocratiser le calcul hautes performances

LogicielsServeurs

Windows HPC Server 2008 R2, la nouvelle version de solution de calcul hautes performances de Microsoft, entend s’attaquer au pré-carré de Linux pour l’entreprise.

A l’heure où Nvidia et ses partenaires exposent les dernières avancées technologiques des capacités de calcul des processeurs graphiques dans le cadre du GTC 2010, Microsoft a profité de la conférence de la conférence High Performance Computing in Financial Markets à New York en début de semaine pour annoncer la disponibilité de Windows HPC Server 2008 R2.

Annoncé dans le cadre des TechDays en début d’année, Windows HPC Server 2008 R2 s’inscrit dans l’évolution de Windows Server 2008. L’application s’illustre par de nouvelles capacités d’analyse et de calcul plus puissantes. Par exemple, les services HPC pour Excel 2010 réduisent considérablement les temps de calcul sur les larges feuilles de calcul. Selon Microsoft, le calcul sur un workbook de 1700 enregistrement passerait de 14 heures à 3 minutes.

Une puissance qui dépendra néanmoins du nombre de station de travail que le logiciel est capable de supporter. Dans ce cadre, la version R2 de Windows HPC server s’illustre par le support de clusters à plusieurs milliers de nœuds contre quelques centaines précédemment. Par ailleurs, la nouvelle plate-forme entend supporter seize fois plus d’applications de calcul technique qu’il y a deux ans. Microsoft parle aujou’d’hui de « centaines d’applications compatibles ».

Dix sept partenaires soutiennent la plate-forme de calcul. Laquelle se heurtera notamment à la présence de Linux très développée dans le monde du calcul haute performance. Un constat qui a poussé Redmond et son partenaire Novell à développer, dans le cadre de leur laboratoire commun, de nouveaux outils de déploiement de clusters hybrides Windows et Linux.

Ce qui n’empêche pas Microsoft de souligner la supériorité de son offre. Laquelle serait, à puissance égale, 32% à 51% moins chère qu’une solution de HPC Linux selon un scénario HPC de déploiement de 250 nœuds de calcul pour 1000 postes de calcul (selon une étude commandée par Redmond à Crimson Consulting Group en avril 2010). Enfin, l’éditeur de Windows souligne la solution de bout en bout facilement intégrable aux architectures Microsoft implémentées : Active Directory, SharePoint, System Center et Microsoft Office.

Windows HPC Server 2008 R2 évoluera en fin d’année avec de nouvelles fonctionnalités qui permettront aux directions techniques de provisionner et gérer des nœuds HPC dans Windows Azure depuis les clusters de serveurs sur sites. Ce qui permettra aux entreprises de déporter les calculs de leur centre de données vers le nuage. Et de lier un peu plus les clients à l’univers des solutions de Microsoft.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur