MindMapping : la carte heuristique

Régulations

Le ‘mind mapping’, carte mentale ou carte heuristique, est une technique de réflexion et de représentation de l’information qui reste encore très confidentielle en France. Elle a pourtant de quoi séduire et trouve dans le milieu informatique un écho positif

Dans la préface de son livre ‘

Mind map, dessine-moi l’intelligence‘, Tony Buzan explique qu’en recherchant dans une bibliothèque universitaire un ouvrage sur le cerveau, il voulait apprendre non pas à opérer le cerveau mais à l’utiliser. Difficile lorsque l’on évoque la carte heuristique de ne pas évoquer Tony Buzan, l’inventeur du concept de mind maps, dont l’expression apparaît pour la première fois dans un livre, ‘Une tête bien faite‘, publié en 1974. Dans cet ouvrage, le psychologue mathématicien scientifique jette les bases d’une méthode simple, qui consiste à se rapprocher du fonctionnement du cerveau, qui ‘irradie‘ l’information à partir du centre et la décompose en concepts déclinés en branches. Le principe d’utilisation de la carte heuristique en fait un outil simple et polyvalent, qui apporte un gain d’efficacité immédiat, et exploite une technologie à la puissance inégalée, notre cerveau. Dessiner une carte heuristique Le praticien débute par l’idée principale au centre, le c?ur de la ‘map‘. Par exemple un projet de création de site Web. Puis il développe des branches, sous-branches, etc., qui supportent des idées représentées par des mots clés et/ou des images. Comme, pour notre exemple, les ressources de développement, les pages Web, les choix stratégiques à suivre, etc. La ‘map‘ est un outil personnel, ou collectif. Simple d’accès et d’utilisation, elle présente aussi l’intérêt de disposer l’information sur une seule page (Découvrir des exemples de cartes à la fin de l’article). L’information peut ainsi être affichée, examinée, organisée, partagée. La saisie dans l’espace est coordonnée avec le fonctionnement du cerveau, qui décompose l’information et donc l’analyse, mais qui aussi l’associe au savoir de l’individu et l’aide à la mémoriser. Cette simple idée de dessiner l’information s’applique dans de nombreuses situations : ‘brainstorming’ et prise de notes, gestion de projet, gestion du temps et de réunions, fixation d’objectifs et prises de décision, etc. Face à la représentation linéaire de l’information textuelle, le schéma heuristique la décompose et la dessine sur la page. Il accompagne le rédacteur en renforçant ses capacités d’analyses. L’information est renforcée ? donc analysée, associée, comprise, mémorisée? – par sa représentation logique dans l’espace, l’association d’images, de codes de couleurs, de stimuli mentaux. Le désert français La méthodologie s’est fortement déployée dans les pays anglo-saxons, en particulier aux Etats-Unis où elle est perçue comme un outil de performance, et en Allemagne. Mais peu dans les pays latins, où elle vient sans doute heurter la sensibilité cartésienne? Elle séduit pourtant. Par exemple, nous l’avons rencontrée chez Microsoft, où figure d’ailleurs un module de mind mapping sur Visio. Mais aussi chez Nestlé, à la RATP et à la SNCF, à Air France ou chez Calberson. Le point d’entrée est souvent lié à l’informatique. Les deux outils s’associent fort bien en effet ! Un logiciel de mind mapping est très présent et prisé, Mind Manager, dont nous vous proposons un test. Et d’autres existent. Le logiciel permet de dessiner facilement une map, de la travailler, de modifier et d’organiser les branches. Mais aussi d’associer des images, des documents, et même des liens vers des pages Web. La méthodologie existe, depuis plus de trente ans, les outils sont disponibles, les experts émergent et forment. Le schéma heuristique est une réalité qui ne demande qu’à être exploitée. Car comme l’a dit Confucius : “J’entends, j’oublie. Je vois, je me souviens. Je fais, je comprends“. La communauté des cartes heuristiques dispose d’un point de rencontre en ligne : le site Petillant.com. Cerveau droit, cerveau gauche

Pour bien comprendre l’intérêt de la méthode heuristique, il ne suffit pas de posséder un feuille et un crayon, il faut aussi s’approprier le mode de fonctionnement du cerveau. Le cerveau est une puissante machine, dont une partie du fonctionnement est associative, c’est à dire que l’information y est découpée et distribuée, et qu’elle est associée à d’autres informations (par exemple une couleur, un son, un souvenir, etc.). En revanche, à la différence de la majorité du monde animal, notre sens principal est la vue. C’est d’ailleurs pourquoi l’image et la représentation de l’information sous cette forme peuvent être un remarquable outil ! Le traitement littéraire de l’information fait au langage, à la linéarité, aux listes, à la logique. Donc au cerveau gauche. L’image fait plutôt appel aux formes, au rythme, à la conscience spatiale, aux couleurs, à l’imagination. Donc au cerveau droit. Avec la vue majoritaire au niveau des sens, l’humain devrait favoriser le cerveau gauche, qui est en plus le siège de l’imagination. Mais notre approche intellectuelle basée sur le texte favorise au contraire le cerveau droit. Le mind mapping ou carte heuristique réconcilie les deux, et va plus loin. C’est en cela e au-delà de l’outil de représentation de l’information qu’il est un outil remarquable.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur