Mise en conformité: le blues des comptables

Régulations

Ils se sentent bien seuls, les comptables et directeurs financiers, face à l’application des règles de mise en conformité !

L’évolution des règles comptables (IFRS) et des règles de conformité serait source de stress et d’une augmentation très sensible de la masse de travail auprès de la gent comptable et financière.

Une étude du cabinet Mintel International, commanditée par l’éditeur de progiciels de gestion comptable et financière CODA, révèle le blues des comptables. Les résultats de l’enquête démontrent que la fonction comptable supporte de plus en plus de responsabilités pour lesquelles elle n’a pas été préparée. Les facteurs de stress et de turnover sont élevés. Et pourtant, peu d’actions sont envisagées pour remédier à cela ! En France, 64% des responsables interrogés nomment le département financier comme un élément moteur dans la mise en ?uvre des nouvelles règles de conformité au sein de l’entreprise. Résultat étonnant, c’est le niveau le plus bas parmi les pays interrogés. Plus surprenant, 20% des personnes interviewées en France estiment que le reporting des indicateurs non financiers passés et futurs devrait rester sous la responsabilité du département financier. 52% des personnes sondées estiment que la multiplication des réglementations les met directement sous pression du fait d’une augmentation de leur charge de travail et de compétences étendues. Les personnes interrogées estiment que les effectifs n’ont pas été augmenté, que le personnel qualifié reste réduit et que les investissements sont insuffisants. Il en résulte que près de 80% des départements financiers interrogés estiment consacrer beaucoup plus de temps aux domaines liés au risque, au contrôle et à l’assurance qu’il y a trois ans. Par exemple, 63% re-saisissent manuellement les données dans des feuilles de calculs Excel pour le reporting et les analyses liées aux nouvelles réglementations. Dans ces conditions, la majorité des personnes sondées pensent qu’ils obtiendraient de meilleurs résultats grâce à une automatisation plus poussée, notamment dans la gestion des encaissements et des reportings. Et surtout, à la question “Que feriez-vous différemment si vous aviez pu prévoir ces 3 dernières années ?“, plus de 80% des comptables affirment qu’ils n’auraient sous traités aucune fonction comptable. “Nous sommes surpris par certains résultats de cette étude, le recrutement de cette fonction risque de devenir de plus en plus difficile à l’avenir. Les comptables ont dû, seuls ou presque, faire face aux nouvelles exigences de conformité en vigueur aux Etats-Unis et en Europe. Les dirigeants ne semblent pas décidés à investir dans de nouvelles technologies, ni à recruter du personnel pour aider les comptables. Cela risque d’encourager certains professionnels à s’orienter vers d’autres fonctions“, a déclaré Pierre-Alain Lecointe, d-g CODA France. “La majorité des personnes interrogées reconnaissent le département financier comme l’élément moteur dans la mise en ?uvre de ces nouvelles réglementations alors qu’ils ont consacré davantage de temps aux questions relatives aux risques“.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur