MMS 2012 : Jean-Philippe Dupuich, « Construire efficacement en allant vers le cloud privé »

Cloud

Jean-Philippe Dupuich, chef de produit System Center chez Microsoft France, évoque avec nous la stratégie de Microsoft autour de System Center 2012.

Spécial Microsoft Management Summit MMS 2012

Le discours de Microsoft associe désormais Windows Server 2012 et System Center 2012 au cloud privé, ce que nous confirme Jean-Philippe Dupuich en évoquant l’évolution de l’éditeur via un leitmotiv : « Construire efficacement en allant vers le cloud privé ». Pour justifier de ce discours, il évoque un premier facteur, incontournable, le coût.

« Si l’on retient le coût à la VM, l’avantage va à Hyper-V qui est gratuit, et qui permet de réaliser des économies grâce à la virtualisation. Mais chez le DSI, nous assistons à un déplacement du centre de coût. La problématique aujourd’hui, c’est de contrôler, avec pour objectif d’éviter la prolifération des VM. C’est donc System Center 2012. »

Faire face à l’hétérogénéité…

Microsoft doit en revanche prendre la dimension de l’hétérogénéité des environnements présents dans les entreprises. C’est pourquoi System Center permet de contrôler bien au-delà des seuls environnements Microsoft. Pour Jean-Philippe Dupuich, c’est un autre avantage que les utilisateurs peuvent tirer de la solution avec son écosystème des ‘management packs‘. « Le client fait cela pour les applications critiques, dont SharePoint et surtout Exchange. Il tire avantage d’homogénéité d’une solution Microsoft, avec Orchestrator au-dessous et Service Manager par dessus. Maintenant, nous fournissons tout ce qu’il faut pour créer un datacenter dynamique, que la DSI peut déployer à son rythme. »

Parmi les nouveautés de System Center 2012, il a souhaité rappeler Orchestrator, présent sur toute la plateforme et jusqu’au poste de travail, et AVIcode, l’outil de supervision des applications dont la technologie permet de maintenir la disponibilité des applications et services critiques. Ce dernier, appliqué aux environnements .NET, « pourrait renouer le dialogue entre l’étude et la production ».

Que l’attente fut longue…

« Nous sommes armés aujourd’hui pour proposer des solutions toutes faites », commente Jean-Philippe Dupuich, qui conseille fortement aux clients de Microsoft d’acquérir la suite logicielle plutôt que sa version de base. « Avec System Center 2012, il n’y a plus de composants à acheter, sauf ceux développés par notre écosystème. La DSI pourra également tirer avantage de Service Manager qui est intégré à la suite. »

L’attente était forte, surtout après que Microsoft ait reculé le lancement de System Center 2012. Lors des TechDays qui se sont tenus en février, les organisateurs s’étaient vus contraints de refuser des visiteurs sur les sessions consacrées à la solution, par manque de place. Mais au contact des partenaires et des clients de l’éditeur que nous avons rencontrés sur MMS 2012, cela valait le coup !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur