MMS 2012 : Microsoft System Center 2012 enfin disponible

Cloud

Afin d’accompagner l’évolution du datacenter vers le cloud privé, Microsoft a annoncé la disponibilité mondiale de la suite System Center 2012, solution d’administration de l’infrastructure informatique.

Spécial Microsoft Management Summit MMS 2012

Le modèle de distribution du datacenter évolue, du traditionnel désormais associé à la virtualisation vers le cloud privé et le cloud public. Telle est la démonstration qu’a tenu à réaliser Brad Anderson, vice-président de la division Management & Security de Microsoft, devant des milliers de clients et partenaires acquis à l’éditeur et venus lui proclamer leur fidélité lors du Microsoft Management Summit qui se tient actuellement à Las Vegas. L’occasion rêvée pour Microsoft d’introduire le rôle essentiel que doit tenir System Center 2012, dans sa vision du cloud privé.

Cette vision tourne autour d’une couche commune aux clouds privé et public, qui supporte les identités, la virtualisation, le management et le développement. D’un côté, elle nécessite un environnement serveur, qui prendra toute sa dimension chez Microsoft avec Windows Server 2012 ; de l’autre elle se conjugue via un outil central d’administration, System Center 2012, dont la nouvelle mouture réunit tout ce que Microsoft a amassé de composants et de fonctionnalités pour en faire un outil unique capable de satisfaire les utilisateurs.

Ils attendaient une date…

Brad Anderson ne dévoilera finalement que peu de choses sur System Center 2012. La solution est en développement depuis plusieurs années, en bêta depuis des mois, et en production chez les premiers clients, avec succès. Les invités du MMS n’attendaient plus en réalité que l’annonce de sa disponibilité. C’est fait ! Nous retiendrons cependant une évolution majeure, la séparation des couches serveurs et applications, ce qui devrait accélérer le déploiement de deux approches de la consommation du cloud, les « service providers » et les « service consumers ».

Plébiscité par les partenaires

La solution bénéficie en revanche d’une large adoption par les ténors de l’industrie, qui s’affichent également sur ce MMS, parmi lesquels figurent Cisco, Dell, EMC, Fujitsu, HP, Hitachi, Nec et NetApp. Le cloud privé, considéré dans l’écosystème de l’éditeur comme un modèle de computing, regroupe un trio technologique, serveurs, stockage et réseau, et il leur faut un outil de supervision, ce sera désormais System Center 2012. Celui-ci dispose d’ailleurs de la capacité à piloter tout type d’hyperviseur, Hyper-V, bien évidemment – en particulier le futur Hyper-V 3 qui débarquera avec Windows Server 2012 -, mais également Citrix et VMware, ce qui lui donne du poids par rapport à ce dernier très centré sur lui même. Et Brad Anderson de rappeler qu’une part importante des utilisateurs de System Center pilotent également via l’outil des serveurs Linux.

Un seul mot d’ordre : simplicité

En faisant la démonstration du déploiement d’un cloud privé via System Center 2012, en 35 secondes chrono, Microsoft a démontré d’une part que le mot d’ordre « simple and easy » a été respecté par ses équipes de développement, nonobstant la difficulté d’installation et de paramétrage du duo Windows Server 2012 et System Center 2012 considérés comme acquis. D’autre part, il nous a démontré la capacité de sa solution à accélérer le temps de résolution des évènements.

« Nous voulons fournir la meilleure solution de cloud privé, conclut Brad Anderson. À vous de réimaginer comment exploiter le cloud, mais dans un cadre certifié. »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur