Mobilcom : nouveau président du conseil de surveillance

Régulations

Dieter Vogel, le négociateur du plan de sauvetage de Mobilcom, enfin élu à la présidence du conseil de surveillance de l’opérateur télécoms allemand

Finalement, un an après le lancement des premières offres de vidéo à la demande, le bilan est plutôt satisfaisant. Les internautes cinéphiles téléchargent de plus en plus de films sur les plates-formes en ligne.

Ce constat est celui dressé par l’Observatoire de la VOD crée sur une initiative du CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) et NPA Conseil. Ce bilan est en adéquation avec les premiers chiffres communiqués par GFK. Dans son étude s’intéressant au premier semestre de l’année 2006, l’institut indiquait que 2 millions de transactions avaient eu lieu sur les sites de VOD. Cette effervescence est à mettre au profit des quelque 25 sites lancés à la fois par les acteurs traditionnels de l’audiovisuel comme Canal Plus ou Endemol, mais il ne faut pas négliger, l’influence des sites plus indépendants comme par exemple Vodeo. Qui plus est, d’autres mastodontes venus de l’Internet et de l’informatique jouent rôle moteur dans cette démocratisation de la VOD. Rappelons en effet que Apple, Aol ou bien encore Orange sont également très actifs sur ce secteur. D’après le rapport de l’Observatoire de la VOD, sur les 1.000 Français de plus de 18 ans interrogés, 18% connaissaient la signification du terme VOD. 80% des sondés perçoivent la VOD comme un service légal. Près de 1.000 films (tous genres confondus) sont désormais téléchargeables sur l’ensemble des plates-formes de l’Hexagone. Reste que la part des films récents dans le catalogue disponible est très « légère ». Sur 71 films sortis dans les salles obscures seulement 10 sont disponibles au téléchargement. Le délai entre la sortie en salle et sur la disponibilité en ligne devrait être rediscuté prochainement. Plus ce laps de temps sera court plus l’offre VOD décollera.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur