Mobile World Congress : comme une odeur de morosité

Régulations

Les budgets ont été serrés, et ça se voit

Barcelone – La grand-messe du mobile n’est plus ce qu’elle était. La crise mondiale combinée au recul du secteur depuis la fin de l’année 2008 a visiblement impacté le World Mobile Congress, à tous les niveaux.

On s’en aperçoit assez vite : moins de visiteurs que les années précédentes.; on se bouscule moins dans les travées. La Place de Espanya (où se tient le salon), habituellement noire de monde durant le MWC, est étrangement calme. Si la fréquentation reste bonne, on est loin de la foule voire de la cohue observée en 2008 et en 2007.

Les exposants tentent bien de garder le sourire en soulignant, par exemple, la bonne santé du marché des ‘smartphones’, les perspectives de l’Internet mobile, l’arrivée des fabricants de PC dans le secteur, le lancement de nouveaux services, l’offensive de Microsoft…

Oui, mais tous ont en tête le recul du secteur, une première depuis 2001.

On ne sait pas à quelle sauce on va être mangé. Et surtout, on ne connaît pas l’ampleur de la baisse du marché“, nous confie un exposant français.

Beaucoup font profil bas : “Avons-nous mangé notre pain blanc ?“, se demande un autre exposant.

D’ailleurs, les grands noms du mobile et du Net ont coupé dans leurs budgets de communication. Les stands de ces géants sont moins gigantesques, les soirées luxueuses moins nombreuses. Dans les stands, les goodies se font rares, on ne fait plus de cadeaux !

Du côté de la presse, l’heure n’est plus à la générosité. Les transports en commun, gratuits dans le passé, ne le sont plus. La salle réservée aux journalistes n’offre plus que de l’eau et du café. Des détails, certes, mais qui illustrent la volonté de faire des économies. Même la météo n’est pas vraiment de la partie…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur