Mobiles: la 3G dominera-t-elle le marché ?

Régulations

Oui, répond l’institut d’études Forrester. Et le basculement pourrait se faire dès 2010. Mais l’utilisation des services ne suivra pas

Voila une étude qui va rassurer les opérateurs de téléphonie mobile européens. Selon le cabinet Forrester, 60% des Européens posséderont un mobile 3G fin 2010. A cette date, la téléphonie mobile de troisième génération, qui a coûté si cher aux opérateurs, sera donc dominante.

Les possibilités multimédias des combinés 3G vont continuer à séduire à grande vitesse, au point que la 2G (GSM) risque très vite de devenir une espèce en voie de disparition. En tout cas en Europe. Forrester prévoit ainsi que les combinés strictement GSM vont disparaître rapidement au cours des deux prochaines années. “En 2008, seulement 3 % des usagers européens de téléphones mobiles utiliseront toujours un mobile strictement GSM, et cela va se réduire jusqu’à 1 % à la fin 2010”, souligne Niek van Veen, Analyste Télécoms pour Forrester. “Le GPRS (2,5G) va perdre du terrain sur la 3G après 2007 et à la fin 2010, seuls 38 % des usagers mobiles auront un mobile GPRS comme principal combiné mobile, alors qu’ils sont plus de 70 % aujourd’hui”, poursuit-il. Mais cette adoption sera très disparate selon les pays. La combinaison entre des opérateurs qui font une promotion agressive des services 3G, un intérêt supérieur à la moyenne pour les téléphones mobiles et les services avancés, et une concurrence féroce entre les opérateurs et les fournisseurs de services fera de l’Italie et du Royaume Uni les leaders sur l’adoption de la 3G. Ces pays connaîtront des taux de pénétration respectifs de 68 % et 72 % fin 2010, largement supérieurs à la moyenne européenne de 61 %. Pour autant, si les européens vont s’équiper en masse, l’adoption de services Internet mobiles restera assez lente en Europe, prévoit le cabinet. Une prévision qui risque de faire grincer des dents: seuls les services à valeur ajoutée permettent un bon retour sur investissement pour les opérateurs. La fonctionnalité à l’Internet Mobile restera la norme, mais seulement la moitié des usagers mobiles s’en servira, souligne Forrester. Tarifs et couverture peuvent expliquer cette tendance. “Aujourd’hui, 21 % des abonnés mobiles utilisent des services Internet mobiles dont le MMS au moins une fois par mois. Au fur et à mesure que la couverture 3G augmentera et que les réseaux deviendront plus fiables, l’usage va progresser. Mais cela ne se fera pas au même rythme que le décollage des combinés 3G : le peu d’intérêt des consommateurs à payer pour des services Internet mobiles et une expérience utilisateur inférieure à l’Internet fixe ou à la TV interactive auront un effet négatif. En conséquence, pas plus de la moitié des abonnés mobiles n’utilisera régulièrement des services Internet mobile fin 2010.”, précise Niek van Veen. Mais une inconnue subsiste. L’arrivée prochaine de la 3,5G, le fameux HSDPA, ne va-t-elle pas impacter ces prévisions. Les opérateurs européens tablent en effet sur un lancement de cette super 3G en 2006-2007. Et qui dit nouvelle technologie, dit nouveaux combinés…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur