Mobiles: les fabricants chinois sont à la peine

Régulations

La faute aux géants américains et européens qui ont massivement investi le premier marché mondial

On le sait, la Chine est le prochain Eldorado de la téléphonie mobile. Déjà premier pays en termes d’abonnés (350 millions d’utilisateurs), l’Empire du Milieu s’équipe très massivement, grâce notamment à l’émergence d’une classe moyenne sur-consommatrice. Mais ce marché très dynamique ne profite plus aux fabricants nationaux. L’arrivée des fabricants occidentaux change la donne. Les Nokia et autres Motorola investissent massivement dans le pays: tant en production qu’en recherche (lire nos articles)(*). Dans le même temps, les chinois cherchent à adopter en priorité ces marques étrangères qui proposent des combinés plus haut de gamme que les locaux. Conséquence, les deux principaux constructeurs chinois de téléphones portables ont publié de lourdes pertes trimestrielles, ce qui traduit le durcissement de la concurrence sur leur marché national.

Ningbo Bird, le plus gros fabricant chinois de mobiles, a plongé dans le rouge au deuxième trimestre, accusant une perte de 133,25 millions de yuans (16,45 millions de dollars) après un petit bénéfice sur les trois premiers mois de l’année, selon les résultats estimés par Reuters sur la base des comptes semestriels. Son grand concurrent, TCL Communication Technology Holdings a publié au titre du deuxième trimestre une perte de 467 millions de dollars de Hong Kong, sa troisième perte trimestrielle consécutive, alors qu’il avait dégagé sur la même période de l’an dernier un bénéfice de 96 millions, toujours selon les calculs de Reuters. Ainsi, après avoir conquis la moitié du marché chinois des combinés au début des années 2000, les constructeurs locaux ont vu leur part de marché globale diminuer régulièrement depuis 2003 pour passer sous la barre des 40%. Les analystes leur reprochent notamment leur manque de réactivité dans le développement de nouveaux modèles alors que les cycles de vie des produits ne cessent de raccourcir. Selon Gartner, un téléphone sur trois sera vendu en 2009 dans la région Asie Pacifique, contre un sur quatre aujourd’hui. “Les seuls marchés chinois et indien représenteront environ 200 millions d’unités en 2007, l’Inde dépassant la Chine en 2009 avec 139 millions de combinés”, a indiqué Ann Liang, analyste spécialisée sur la région. (*) Nokia ouvre un 6è centre de recherche en Chine

Ce 29 août, le groupe finlandais a annoncé la création de son sixième centre de R&D en Chine. Installé à Chengdu (province chinoise du Sichuan), il sera spécialisé dans les applications de mobilité 3G et les réseaux de nouvelle génération (“IMS”).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur