Mobiles: Samsung pense récupérer sa part de marché en 2006

Régulations

Le coréen Samsung révise à la hausse son estimation de volume de ventes de téléphones mobiles pour cette année. Sinon, sa part de marché pourrait continuer de baisser face à Nokia, Motorola ou Sony-Ericsson

“En première estimation, nous estimions les ventes à 900 millions [marché mondial des téléphones mobiles] cette année, maintenant ce sera plutôt 950 millions”, a déclaré Lee Ki-tae, président de la division réseaux et télécoms de Samsung.

“Nous”? Il a sans doute lu la récente étude du Gartner Group, qui prévoit 960 millions…

Mais il convenait de répondre à l’annonce du recul de sa part de marché face à Motorola, apparue dans de récents comptages.

En juillet dernier, Samsung avait déjà revu à la hausse, à 910 millions de téléphones, ses estimations sur le marché mondial des mobiles.

Pour son propre compte, le sud coréen vise les 115 millions de téléphone mobiles “sans problème“, avec une forte progression au second semestre par rapport au premier.

Ces prévisions optimistes n’interdisent pas un peu de réalisme. Samsung a reconnu perdre des parts de marchés, tout comme le leader, Nokia. Or, l’urgence revient aux parts de marchés, car Motorola continue de grignoter et Sony-Ericsson n’est plus loin derrière.

Pour les analystes, le catalogne de Samsung manque de modèles d’entrée de gamme surtout vers les marchés émergents. Le coréen a beaucoup misé sur des appareils intégrant de la haute technologie, pour les connexions Internet sans fil haut débit ou la TV mobile, par exemple. Il lance des modèles ultra plats pour rivaliser avec le RAZR, le best-seller de Motorola.

La division réseaux et télécoms de Samsung compte également sur son activité d’équipementier des télécoms, dont il attend une progression de 35 % cette année, pour accompagner sa progression.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur