Mobiles: Siemens passe sous Linux

Régulations

Le passage vers un OS libre devrait générer des économies. Globalement, le conglomérat veut économiser 400 millions d’euros pour sa filiale déficitaire

Après sa filiale SBS de services informatiques (voir notre article), le groupe allemand annonce la restructuration de sa filiale mobile en difficulté. Depuis plusieurs mois, les rumeurs de vente se multiplient pour cette division qui perd des parts de marché et qui accumule les pertes (143 millions d’euros d’octobre à décembre 2004).

Aujourd’hui, le géant allemand semble avoir tranché. S’il y a cession, il y aura d’abord restructuration afin de séduire un partenaire ou un repreneur. Siemens s’est ainsi fixé l’ojectif d’économiser 400 millions d’euros dans ses activités de fabrication de téléphones portables, a annoncé mardi le patron de sa division télécoms, Lothar Pauly. Cette somme viendra en plus des 500 à 600 millions déjà prévus pour l’exercice en cours. Concrètement, le groupe entend réduire de 15% d’ici trois ans les coûts de développement de l’ensemble de ses activités de téléphonie, tant fixe que mobile, a encore indiqué Lothar Pauly, qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Munich. Principale mesure de ce plan: le passage à l’open-source pour les plate-formes logicielles utilisées pour “motoriser” les combinés. Siemens va donc adopter, comme de plus en plus de fabricants, un système d’exploitation dérivé de Linux. Il s’agit de réduire les coûts et d’accélérer les temps de production. Mais ce plan d’économies risque d’être insuffisant. L’un des soucis principaux de Siemens est son manque de réactivité aux nouvelles tendances du marché. “Encore et encore, des lancements tardifs sur le marché ont mis à mal notre position”, a reconnu Lothar Pauly, évoquant notamment le retard pris par le groupe dans les téléphones de troisième génération UMTS capable de transmettre et recevoir à haut débit des données voix et vidéo. 15 nouveaux modèles seront lancés cette année, dont un ou deux combinés UMTS. Un dernier baroud d’honneur? Contrat avec T-Mobile Netherlands

Après la signature d’un contrat avec KPN aux Pays-Bas, Alcatel signe un nouvel accord avec un opérateur batave afin d’améliorer les capacités de son réseau.

L’équipementier va renforcer le réseau de T-Mobile Netherlands, division néerlandaise de la filiale mobile de Deutsche Telekom en intégrant une solution optique multiservice qui optimise l’acheminement du trafic de la téléphonie de troisième génération. Les abonnés néerlandais de T-Mobile devraient ainsi bénéficier de nouvelles fonctions comme l’internet haut débit ou des applications de loisir sur leur téléphone portable.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur