Mobiles : Vodafone fait appel à Safran/ Sagem

Régulations

Le fabricant français en difficultés va bénéficier d’un ballon d’oxygène: une
commande d’ 1 million de combinés “ultra-slim” d’enrée de gamme par l’opérateur
britannique

Quasiment enterré il y a quelques mois, le fabricant français de mobiles Sagem revient aujourd’hui en force. Il a en effet été choisi par le géant Vodafone pour la fourniture d’un million de combinés. Voilà de quoi remotiver les troupes.

Ce mobile, qui sera vendu en marque blanche et commercialisé par le britannique sous son nom sera dévoilé en juin prochain. Il sera distribué sur tous les marchés où Vodafone est présent.

Cet accord est le prolongement de la stratégie ODM (Original Design Manufacturer) de Vodafone. Le design jouant un rôle essentiel aux yeux des consommateurs, le mobile, au coeur de cet accord de partenariat, sera très fin et offrira l’ensemble des fonctions GSM, agrémenté d’un bel écran 65 000 couleurs, peut-on lire dans un communiqué.

“Cet accord avec le groupe Vodafone prouve notre capacité à partager notre savoir-faire pour offrir des solutions sur-mesure à nos partenaires. Concevoir et produire des mobiles commercialisés sous d’autres marques que la notre est un axe important de notre stratégie 2007”, a déclaré Thierry Buffenoir, directeur général délégué de Sagem Communication.

C’est donc une bonne nouvelle pour Sagem et sa maison mère Safran. Le fabricant signe ici un deuxième gros contrat ODM après celui passé avec Sony Ericsson en mars dernier. Sagem fournira sous licence des terminaux GSM, GPRS et EDGE, l’électronique et le logiciel, qui seront commercialisés sous la marque Sony Ericsson.

Ces ballons d’oxygène suffiront-ils à redresser la barre ?

Le groupe Safran (fusion de Snecma et de Sagem) cherche toujours une solution pour sa division mobile en difficulté. Le 16 janvier dernier, Jean-Paul Béchat, président du groupe a assuré que “la téléphonie mobile n’est pas en vente “, mais a confirmé une “inflexion stratégique” menée avec le directeur de la branche, Xavier Lagarde.

Selon les Echos, qui citent une source interne, Safran chercherait à conclure un accord de sous-traitance avec un fabricant concurrent. Il s’agirait de Nokia, Motorola ou Sony Ericsson. L’un de ces constructeurs prendrait en charge pour Sagem l’étude et la fabrication d’une gamme de modèles complémentaires à la sienne, soit 10 millions d’unités sur deux ou trois ans.

Lors de la publication de ses résultats, Safran a annoncé un arrêt de la ” course à la taille”. Safran mise désormais sur l’image de qualité des mobiles Sagem pour dégager des marges. Il s’agit également de réduire “les ambitions géographiques et les dépenses de développement”. “Ce nouveau modèle sera-t-il suffisant? En tout cas, on va essayer”, explique Jean-Pau Béchat.

En 2006, les ventes en volume de Sagem se sont maintenues autour de 17,2 millions d’unités (-1%, à la troisième place du marché français) mais ont reculé de 12% en valeur en raison de la chute des prix.

Numéro un français durant un temps, les mobiles Sagem ne sont jamais parvenus à atteindre les objectifs fixés par sa nouvelle maison mère.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur