Mobinil et France Télécom : ça coince

Cloud

Le français devait obtenir les parts d’Orscom dans cet opérateur égyptien… Mais

Décidément, les relations entre France Télécom et Orascom sont bien compliquées. Il y a quelques jours, on apprenait que la Cour d’arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale donnait raison au français à propos d’un différend autour de MobiNil, opérateur égyptien détenu à 71% par France Télécom et 29% par Orascom.

Ce dernier est condamné à transférer sa participation dans MobiNil à France Télécom d’ici le 10 avril 2009 pour 530 millions d’euros, donnant ainsi au groupe français le contrôle intégral de la holding. Mais Orascom traîne des pieds.

Selon un communiqué d’Orascom, le transfert des titres est suspendu à la communication par le français de documents à l’autorité égyptienne de régulation des marchés.

Impatient, France Télécom s’agace : il demande de “résoudre au plus vite ces difficultés avec ses créanciers et d’indiquer de manière certaine la date à laquelle les actions seront disponibles. Si la situation devait durer, France Télécom se réserve la possibilité d’entrer directement en contact avec les banques créancières comme l’y autorisent les conventions de nantissement”,peut-on lire dans un communiqué.

Une fois cette étape franchie, France Télécom se dit prêt à discuter d’une offre “équitable” pour les actionnaires minoritaires, notamment individuels, d’ECMS, premier opérateur mobile égyptien et filiale à 51% de la holding Mobinil. Orascom Telecom détient en direct 20% d’ECMS dont le flottant est de 49%.

Des porte-parole de France Télécom n’ont pas souhaité se prononcer jeudi ni sur une éventuelle offre sur ECMS, soulignant que la livraison des titres Mobinil constituait le préalable indispensable, ni sur le communiqué dans lequel Orascom explique que la procédure de livraison de ses titres est bloquée par les autorités boursières.

La situation est complexe mais France Télécom n’entend pas lâcher le morceau. La prise de contrôle de MobilNil devrait lui apporter 360 millions d’euros de chiffre d’affaires et 165 millions d’euros d’Ebitda supplémentaires par an sur la base de ses résultats de 2008, et avoir un effet “positif” en terme de génération decash flow organique.

MobiNil, qui comptait 20,1 millions de clients au 31 décembre 2008, a enregistré une croissance de 21% de son chiffre d’affaires l’année dernière à dix milliards de livres égyptiennes (1,32 milliard d’euros). L’opérateur français fait donc une bonne affaire, cette opération illustrant ses efforts dans les pays émergents, notamment en Afrique, afin de compenser la baisse des marchés matures.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur