Broadcom baisse les armes dans les puces modems cellulaires

ComposantsMobilité

Broadcom devrait prochainement sortir du marché des modems cellulaires, un domaine largement dominé par l’ogre Qualcomm.

Spécialiste des composants électroniques pour le sans fil, Broadcom étudie son retrait du marché des modems cellulaires. Dans un communiqué de presse, la société américaine annonce en effet qu’elle « explore des alternatives stratégiques pour son activité de bande de base cellulaire, ce qui inclut une vente potentielle ou un arrêt de l’activité. »

Des ambitions stoppées par la logique économique

En septembre 2013, le constructeur californien avait pourtant fait l’acquisition des actifs LTE des filiales de Renesas Electronics.

Grâce à cette acquisition, Broadcom héritait d’une propriété intellectuelle (IP) relative à un modem multimode (avec support du LTE-A/HSPA+/EDGE) et multibande incluant le support de fonctionnalités avancées telles que l’agrégation de porteuses et la VoLTE (Voice over LTE). De quoi mettre plus rapidement sur le marché des puces avec modem cellulaire intégré à l’image du SoC BCM21892.

Cela n’aura malgré tout pas suffi à insuffler le souffle nécessaire pour faire décoller l’activité « cellular baseband » de la compagnie basée à Irvine en Californie.

La logique économique a pris le pas sur une activité encore en devenir. Broadcom indique ainsi que la cession ou l’arrêt de l’activité se traduirait par une réduction des coûts de 700 millions de dollars, dont 100 millions de dollars de réduction des compensations liées aux titres. Les frais liés à la restructuration ne sont toutefois pas pris en compte dans cette estimation.

Cette économie permettra au groupe d’injecter immédiatement 50 millions de dollars dans ses activités « Broadband, Instrastructure and Connectivity ». L’objectif est de renforcer les domaines des SoC pour l’embarqué, de la connectivité sans fil low power et des small cells. Ces dernières ont le vent en poupe et représentent aujourd’hui quasiment un tiers du marché du DAS (Distributed Antenna Systems) en entreprise selon ABI Research.

Modems cellulaires : un domaine essentiel mais compliqué

Clé de voute des composants sans fil, le domaine des modems cellulaires est difficile à dompter. Seuls les constructeurs qui parviennent à intégrer cette partie dans le SoC sont en passe de subsister. L’intégration est effectivement la voie à suivre pour minimiser le nombre de puces et donc les coûts mais aussi pour optimiser la consommation électrique et donc l’autonomie des appareils fonctionnant sur batterie.

Qualcomm excelle en la matière. Au quatrième trimestre 2014, Intel devrait également lancer un premier SoC SoFIA avec modem 3G intégré. Nvidia a fait ses premières armes avec le Tegra 4i qui dispose d’un modem 4G LTE intégré tandis que ST-Ericsson s’y est cassé les dents.

Broadcom apparaissait comme un futur concurrent potentiel de Qualcomm dans le domaine des SoC avec modem intégré. A l’occasion de l’acquisition des actifs LTE de Renesas, Scott McGregor, PDG de Broadcom, déclarait alors : « La transaction d’aujourd’hui établit fermement la présence de Broadcom dans le marché du LTE en croissance rapide avec un SoC prêt pour la production et validé par les opérateurs mobiles.»

Mais, Broadcom désire maintenant se recentrer sur ses activités les plus rentables.

A lire aussi :

Broadcom façonne un processeur pour le Software Defined Network

Broadcom dévoile deux SoC dédiés aux smartphones 4G low cost


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur