Moteur de recherche : Bing boit le bouillon

Cloud

En septembre, le moteur de recherche Bing de Microsoft affiche sa première baisse depuis son lancement.

Alors que Bing semblait progresser, lentement mais sûrement, sur le marché de la recherche en ligne, le moteur de Microsoft connaît sa première baisse depuis son lancement en mai dernier.

StatCounter* relève ainsi que la part de Bing sur le marché américain vient de tomber à 8,51 % en septembre contre 9,64 % en août. Signe avant coureur, août affichait déjà la plus lente progression pour le moteur de Microsoft. Septembre sera-t-il l’amorce d’une chute insondable?

« La tendance pour Bing est à la baisse depuis la mi-août », souligne Aodhan Cullen, directeur général de StatCounter, dans le communiqué. « Le véhicule n’est pas encore en panne mais la tendance doit quelque peu inquiéter Microsoft », renchérit-il.

D’autant plus inquiétant que son partenaire Yahoo suit la même courbe. Le numéro 2 de la recherche voit sa part passer de 10,50 % à 9,40 %. « Une faible consolation », semble ironiser StatCounter sur l’air de dire que les deux acteurs sont dans le même bateau qui semble prendre l’eau. Yahoo et Microsoft ont en effet signé un accord de partenariat commercial en juillet dernier pour tenter de mettre un terme à l’hégémonie de Google en la matière. En vain, apparemment. Mais l’ accord reste cependant à mettre en oeuvre.

Sur le marché mondial, les résultats de Bing sont encore plus catastrophiques. Le nouveau moteur ne parvient pas à cumuler plus de 3,25 % (5,71 % si on ajoute MSN et Live Search) des usages de recherche (contre 3,58 % en août). Et qui bénéficie de cette situation? Google, à n’en pas douter. Mountain View franchit les 80 % contre moins de 78 % le mois précédent aux Etats-Unis. Sur le marché mondial, la part de Google s’élève à un insolent 90,54 %, similaire aux 90,53 % de 2008 à la même période. Google reste décidément indéboulonable.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur