Motorola retombe dans le rouge et perd la 3e place mondiale

Cloud

La scission de sa branche mobile est repoussée, des nouvelles suppressions d’emplois sont à prévoir

Motorola s’enfonce. Au troisième trimestre, l’équipementier fait état d’une perte nette de 397 millions de dollars, contre un profit de 60 millions de dollars à la même période l’an passé. Par action, la perte nette ressort à 18 cents. Le chiffre d’affaires dévisse de 15% à 7,5 milliards de dollars, plombé par les ventes médiocres de ses téléphones mobiles.

Les ventes de combinés ont une nouvelle fois plongé de 31%, à 3,12 milliards de dollars, soit 25,4 millions d’unités vendues. La perte opérationnelle a été multipliée par plus de trois, à 840 millions de dollars.

Du coup, lors de ce trimestre, Motorola a perdu la 3e place mondiale au profit de Sony Ericsson qui a vendu 300.000 combinés de plus. L’américain se place néanmoins devant LG qui a vendu au 3e trimestre 23 millions de mobiles.

Malgré ces nouvelles difficultés dans le mobile, Motorola a décidé de repousser “au-delà de 2009” de la scission de cette branche, initialement programmée pour le troisième trimestre 2009. “Si notre intention stratégique de diviser le groupe reste intacte, nous ne visons plus le troisième trimestre 2009, principalement à cause de l’environnement macroéconomique, des tensions sur les marchés financiers et des changements en cours dans l’activité téléphone mobiles”, a indiqué Sanjay Jha, nommé co-p-dg de Motorola en août dernier.

En attendant, Motorola devrait se concentrer sur la plate-forme Android de Google. Preuve de son engagement, le fabricant de mobile aurait en effet fait passer de 50 à 350 le nombre de ses collaborateurs affectés à l’équipe de développement pour Android. Et un mobile dédié pourrait être lancé l’année prochaine.

Les autres activités ont meilleure mine. La division équipements pour le domicile a enregistré un bond de sa rentabilité avec un bénéfice opérationnel en hausse de 65%, à 263 millions de dollars. Les ventes de la branche d’équipements pour les entreprises augmentent de 4%, et le bénéfice opérationnel de 23%, à 403 millions de dollars.

Le groupe a également annoncé qu’il visait des économies de coûts de 800 millions de dollars en 2009, ce qui pourrait se traduire par de nouvelles suppressions d’emplois. 10.000 emplois ont déjà été supprimés par le groupe.

Côté prévisions, l’équipementier abaisse ses objectifs avec un bénéfice par action (hors exceptionnels) compris entre 5 et 7 cents, contre une fourchette de 6 à 8 cents auparavant.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur