Motorola s'écroule : 3,6 milliards de dollars de perte en 3 mois !

Cloud

La fin d’année a été catastrophique pour l’équipementier

Rien ne va plus pour Motorola. Pour son dernier trimestre 2008, l’équipementier télécoms, déjà en grande difficulté, annonce une perte abyssale de 3,57 milliards de dollars ! Le groupe avance d’importantes provisions passées en fin d’année pour financer la poursuite de son effort de restructuration pour expliquer ce nouveau résultat catastrophique. L’an passé à la même période, Motorola faisait état d’un profit de cent millions de dollars. Au 3e trimestre, la perte était de 397 millions de dollars,

Evidemment, avec un tel déficit, le résultat annuel est à l’avenant : pour 2008, l’américain a perdu 4,16 milliards de dollars…

L’activité téléphones continue à plomber le groupe. La gloire du fabricant, longtemps numéro deux mondial, est belle et bien perdue. Au 4e trimestre, les ventes se sont écroulées de -51% par rapport à l’année précédente, à 2,35 milliards de dollars (à titre de comparaison, les ventes de Nokia se sont repliées de 15% pendant la même période).

Sur l’ensemble de l’année, Motorola ne s’est assuré qu’une part de marché mondial de 6,5% avec ses 19,2 millions de téléphones portables vendus. Dans ce secteur, le groupe a réalisé 12,1 milliards de dollars de vente, en recul de 36% par rapport à celles de 2007.

Sanjay Jha, le co-directeur général de Motorola en charge des portables, a toutefois promis de continuer ses efforts de réduction des coûts, à hauteur de 1,2 milliard de dollars pour 2009. Il a promis le lancement d’appareils de nouvelle génération pour le quatrième trimestre.

“Compte tenu d’un climat économique difficile, nous avons mis en oeuvre des mesures agressives pour réduire nos coûts et améliorer notre flexibilité financière, en particulier dans la branche téléphonie mobile. Les économies de coûts actuellement engagées devraient s’élever à 1,5 milliard de dollars en 2009 “ indiquent Greg Brown et Sanjay Jha, les patrons de Motorola.

Rappelons qu’il y a quelques jours, l’équipementier a annoncé la suppression de 4.000 emplois supplémentaires, en plus des 3.000 postes supprimés fin octobre 2008. Les trois quarts de cette coupe franche affecteront la division “téléphones portables”. Les effectifs de Motorola ont donc fondu comme neige au soleil depuis le début 2007 avec 17.000 postes en moins.

Motorola, déjà fragile, subit de plein fouet le retournement économique : les mobiles (et surtout les siens) se vendent moins et les opérateurs investissent moins en infrastructures. Ericsson supprime 5.000 postes tandis que Nortel est désormais en faillite.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur