Motorola veut filialiser son activité semiconducteurs: coup de balai?

Cloud

Le géant de l’électronique pourrait faire ainsi un grand ménage. Partagé qu’il est depuis des années en ses diverses activités, celles rentables -les mobiles-, et celles qui le sont moins…

La décision se discute en haut lieu, et s’officialise depuis quelques jours, parallèlement au départ de Chris Galvin, petit fils du fondateur. Celui-ci préconisait un tel découpage du groupe en deux entités.

Motorola pourrait ainsi se concentrer sur une activité stratégique où il a perdu des parts de marché face à Nokia notamment: les terminaux mobiles. Cette opération de “spin-off” passerait par une émission publique d’actions, avec une redistribution partielle auprès des actionnaires du groupe -croit savoir le Wall Street Journal. Cette mesure devra être soumise aux autorités boursières. La division des semiconducteurs a pesé 4,8 milliards de dollars l’an passé, soit 18% des revenus du groupe -ce qui la place au deuxième rang des activités de Motorola. Cette hypothèse de satellisation avait déjà été évoquée à maintes reprises: en 2002, il était question d’un rachat par STMicroelectronics, le rival franco-italien. A l’annonce de ce projet de scission du groupe, ce lundi 6 octobre, l’action a grimpé de 8% à 13,30 dollars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur