Motorola X8 du Moto X : diviser pour moins consommer

Composants

Motorola X8 est le dénominateur commun et la clef de voûte du Moto X et de la nouvelle gamme de Droid de Motorola. Mais que cache cet assemblage de puces ?

Alors que Motorola Mobility vient de renouveler sa gamme de smartphones Droid (Droid Ultra, Droid Mini et Droid Maxx) et de lancer le Moto X (ce dernier pourrait d’ailleurs ne pas arriver sur le Vieux Continent), le dénominateur commun de ces terminaux Android s’appelle Motorola X8.

Motorola X8 : “diviser [les tâches] pour mieux conquérir”

La firme basée dans l’Illinois parle de Mobile Computing System (MCS) pour qualifier le système Motorola X8. Attention, il ne s’agit pas d’une puce ou d’un SoC mais d’un chipset de la taille d’une petite carte (circuit imprimé) sur laquelle sont soudés des composants essentiels tels que le SoC (System on Chip). Mais pas seulement…

L’agencement de composants Motorola X8 comprend bien un SoC Snapdragon S4 Pro de Qualcomm ainsi que deux autres processeurs : l’un est appelé “natural langage processor” tandis que l’autre est baptisé “contextual computing processor“.

Si l’on sait que le SoC Snapdragon est le modèle MSM8960Pro caractérisé par deux coeurs Krait cadencés à 1,7 GHz et un processeur graphique Adreno 320, Motorola n’a guère donné de précisions sur les autres processeurs.

Deux DSP non ARM

«Le silicium est spécifié par nous, mais nous n’allons pas plus loin, ne le concevons pas et ne le fabriquons pas. Ce n’est pas un processeur ARM, c’est un processeur de très faible puissance séparé», précise Iqbal Arshad, vice-président sénior de l’engineering au sein de Motorola.

Il s’agit en fait plutôt de deux DSP (processeur spécialisé dans le traitement du signal). Iqbal Arshad l’indique d’ailleurs à mots couverts : «Nous avons inventé le mobile. Nous avons des années d’expertise dans les DSP.» Historiquement, la branche de Motorola en charge des DSP, et notamment des DSP56000, est toutefois devenue Freescale Semiconductor.

Le processeur de calcul contextuel prend en charge les capteurs, l’affichage et l’interaction tactile mais il joue également le rôle de processeur “primaire” lorsque le smartphone est en veille (indication des notifications et des statuts).

Le processeur dit de “traitement de langage naturel” gère la partie audio, l’estimation du bruit et son annulation. C’est ce dernier qui permet au smartphone d’être toujours à l’écoute et c’est lui qui assure l’annulation active du bruit puisque, pour celui-ci, Motorola n’a pas fait appel à la technologie d’une autre société telle que Audience.

Autonomie accrue

Motorola a également personnalisé le firmware du processeur Snapdragon sans modifier la ROM stock d’Android (on notera que les Droid n’embarquent pas tout à fait la ROM stock).

La finalité de cet assemblage est d’améliorer la durée de vie de la batterie ainsi que les performances. La démarche est plutôt à contre-courant puisque tous les constructeurs de SoC cherchent à intégrer un maximum de fonctionnalités dans une seule puce pour minimiser la consommation électrique (“piloter” les entrées / sorties entre puces “tire” beaucoup de courant sur la batterie) et les coûts.

Motorola_X8_MCS_Moto_X_DroidIqbal Arshad indique toutefois que Motorola X8 a bien pour but d’améliorer l’autonomie : «Si nous n’avions pas le processeur de calcul contextuel et notre processeur de langage naturel, nous aurions besoin de deux batteries supplémentaires.» Motorola X8 permet d’accroître la durée de vie de la batterie de 50% lors des jeux.

En substance, ce savant agencement de puces permet d’adopter un SoC avec CPU double coeur là où la concurrence montre les muscles avec des modèles octocoeurs.

Le système peut par ailleurs fonctionner avec tout autre SoC qu’un Snapdragon. Mais si Motorola se “contente” de CPU double coeur pour sa gamme de Droid et le Moto X, la société n’en oublie pas pour autant le marketing puisque Moto X8 est annoncé comme un “système à 8 coeurs”. En fait, il s’agit des deux coeurs du CPU, des 4 coeurs du GPU Adreno 320 et des deux autres CPU monocoeurs.


Voir aussi
Quiz – L’histoire à rebondissements de Motorola


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur