Mozilla réfléchit à un concept de smartphone

Cloud

La Fondation veut aller plus loin que l’adaptation de son navigateur aux mobiles

Encore une nouvelle initiative open source dans le mobile ? Après Limo, Lips, Mobilinux Open Framework, Azingo… et bien sûr la plate-forme Android de Google, c’est au tour de la Fondation Mozilla de réfléchir à un concept de smartphone 100% libre. On savait que le groupe développait une version mobile de Firefox (Fennec) mais il semble que la Fondation veuille aujourd’hui aller plus loin.

Un concept de Mozilla Phone a donc été présenté par les laboratoires de la Fondation. Conçu par par Asa Raskin, l’ingénieur du Mozilla Concept Labs (un département qui explore les différentes frontières en matière d’interfaces) et le designer Billy May, ce projet de smartphone sera comme tout projet open source ouvert à toutes les contributions extérieures.

Pour le moment, il s’agit, pour la forme, d’un terminal basé sur le BlackBerry 7130, doté d’un écran tactile cliquable (comme le Storm). L’innovation se situe dans le clavier OLED qui change en fonction de l’application utilisée. Chaque touche renferme en fait un mini-écran OLED qui affiche une fonction dédiée à telle ou telle application.

Pour le reste, le mystère reste encore entier : quel système d’exploitation ?, quels composants hardwares ? Quelles ambitions ? La Fondation Mozilla reste pour le moment discrète sur ses points. On en saura peut-être plus lors du prochain Mobile World Congress de Barcelone qui ouvre ses portes le 16 février. Silicon.fr y sera.

Bien sûr, ce Mozilla Phone est encore un ‘concept-phone’ et Mozilla insiste sur le caractère participatif du projet. Chacun peut ainsi contribuer à son développement à travers un site dédié.

La Fondation souligne également qu’elle n’a pas pour le moment l’intention de se lancer dans la création d’un téléphone ou d’un OS mobile.

Cette initiative illustre néanmoins les ambitions du Libre dans la mobilité, un secteur où il y a encore des places à prendre. Si les OS mobiles open source équipent nombre de combinés en Asie, dans le reste du monde, la part de marché de Linux reste très faible.

Du coup, certains instituts d’études estiment que Linux pourrait à terme détenir une part de plus de 20% dans le mobile. Même Nokia pourrait s’y mettre : “A plus long terme, Linux deviendra une alternative sérieuse pour nos téléphones haut de gamme”, a déclaré à Reuters Ukko Lappalainen, vice-président de Nokia pour la division marché, au cours d’un entretien en marge de la conférence “Nokia World 2008”.

Chez Microsoft, on reste au contraire sceptique. “Il y a plus de plates-formes mobiles Linux que de téléphones Linux”, affirme Scott Rock de la division Windows Mobile.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur