Mozy transfert les fichiers par navette… ou quand la mécanique a encore du bon !

Cloud

La filiale d’EMC lance Mozy Data Shuttle en Europe, un système de sauvegarde physique hautement sécurisée sur disques durs pour simplifier et accélérer la première sauvegarde, étape initiale d’une sauvegarde en ligne.

Jusqu’à présent projet pilote, Mozy Data Shuttle simplifie la première sauvegarde à l’aide de disques durs externes tout en protégeant les données par un double cryptage.

On distingue trois étapes dans la sauvegarde en ligne : la première sauvegarde, la sauvegarde régulière des nouveaux fichiers ou des fichiers modifiés, et la restauration éventuelle en cas de difficultés. Lorsqu’un service de sauvegarde en ligne est lancé, la première sauvegarde s’avère toujours fortement consommatrice de ressources et de temps puisqu’il s’agit de l’étape initiale qui va consister à recopier toutes les données présentes sur les disques du poste de travail ou du serveur.

Une telle opération peut représenter de plusieurs gigaoctets (Go) à éventuellement plusieurs téraoctets (To), et plusieurs semaines de transferts via le cloud, surtout sachant que ces derniers s’exécutent généralement uniquement lorsque les postes sont inoccupés.

Un transport physique des données

Destiné aux entreprises clientes de Mozy Enterprise ou Mozy Pro, Data Shuttle se propose de couvrir la sauvegarde initiale par un transport ‘physique’ des données. Ce service de transfert, aussi appelé « navette », est constitué de disques durs 2 To Iomega (une autre filiale d’EMC, tout comme Mozy) sur lesquels l’entreprise place des copies chiffrées de ses fichiers.

Une seconde clé de chiffrement – transmise à un référentiel central via une connexion SSL puis détruite une fois que les données ont été correctement stockées – est également générée par Mozy afin de chiffrer une deuxième fois les données, avant le transfert vers Data Shuttle. Les disques sont ensuite transportés par courrier jusqu’à un datacenter de Mozy afin d’être sauvegardés. Les données sont bien évidemment conservées sous un format crypté.

Data Shuttle, jusqu’à présent testé avec succès en bêta dans le cadre d’un projet pilote, vient rappeler que parfois, face à l’explosion du numérique, le bon sens devrait s’imposer. Entre des semaines d’occupation de bande passante pour transférer des millions de fichiers d’un côté, et de l’autre de simples disques durs chargés, transportés et traités en quelque jours seulement, le retour à la mécanique a finalement du bon.

Côté prix, le tarif varie en fonction du volume, donc du nombre de disques externes (le coût du transport par courrier est prépayé) : de 199 euros pour un Shuttle 1,8 To à 449 euros pour 4 Shuttle et 7,2 To.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur