Multitâche: multi–inefficace?

Régulations

Comment s’adapte le cerveau au multitâche? Mal, répondent des chercheurs. Programme (unique): stress, inaptitude à la concentration et autres joyeusetés.

Avalanche de mails, messages instantanés, tweets, appels téléphoniques, quelques restes de courrier qui arrivent par la poste… le flux des données reçues quotidiennement par un individu ne cesse de grossir, tout comme le nombre d’écrans consultés se multiplient.

Le tout est loin d’être sans conséquence sur le cerveau humain, d’après les études des scientifiques rapportées par le New York Times du 06/06/2010. «Nous exposons nos cerveaux à un environnement, et nous leur demandons de faire des choses pour lesquelles ils ne sont pas nécessairement prêts », observe Adam Gazzaley, chercheur en neurologie à l’université de Californie.

De fait, c’est la manière même dont les individus pensent et réagissent qui est impactée, d’après les chercheurs. L’individu devient une sorte d’être hyper réactif, qui répond à l’excitation provoquée par les stimulations des technologies de l’information. Les chercheurs vont jusqu’à parler d’addiction. Multi – dysfonctionnements permanents

Quant aux soi disant vertus du multitâche, qui revient à aligner le fonctionnement d’un individu sur celle d’un ordinateur, capable de gérer plusieurs applications en simultané, elles en prennent un coup. Pour les scientifiques, loin de rendre l’individu plus efficace, comme le proclament ses adeptes, le multitâche rend les hommes – et les femmes – stressés, peu aptes à se concentrer et à hiérarchiser l’information. Et la bonne nouvelle, c’est que tout ceci perdure, une fois les machines mises sur off.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur