MusicMe fait dans l’illimité locatif

Régulations

Location illimitée, DRM, 3 transferts? y’a comme une grosse anguille suisse
sous roche…

Après avoir lancé une première offre de téléchargement en mode streaming (sans enregistrement sur le disque dur) pour 9,95 euros par mois, MusicMe, dont la traduction française pourrait être ‘Joue moi du pipeau’ ou ‘chante moi un air’ continue sur sa lancée, utilisant l’argument très marketing de l’illimité pour attirer le chaland mélomane.

Bien entendu, il semble important de chercher à développer une offre légale pour répondre à la problématique du téléchargement pirate de musique sur la Toile, mais il faudrait voir à ne pas se moquer de l’internaute.

L’ancien AllMusicBox revendique un catalogue de 600.000 titres dont certains albums de labels indépendants? Mais alors il faut bien chercher et ne pas s’arrêter à l’Album de Crazy Frog, cette immonde troll vert beuglant sur de la techno de seconde classe.

Il faut admettre que l’on trouvera plus facilement la discographie de Laurie, P Diddy, Johnny Halliday ou Eddy Mitchell (bref tous les pro-DRM) qu’un import japonais, une rareté ou des productions de petits labels…

Enfin, chacun a sa vision de ce qu’est ou doit être un indépendant.

La nouvelle offre de MusicMe se veut attractive. Pour 14,95 euros par mois, les internautes français peuvent désormais télécharger de façon illimitée des titres issus d’un catalogue de 600.000 référrences au format WMA 192 Kbps. C’est la première offre de ce type en France, Napster ou Yahoo Music Unlimited proposent déjà un tel service aux Etats-Unis.

Pour autant, ces derniers ne peuvent être transférés que vers 3 PC et 3 baladeurs compatibles PlaysForSure, ce qui en passant n’est pas le cas du baladeur de la pomme, l’iPod. Autant de conditions qui risquent de refroidir plus d’un internaute.

Surtout, lorsque l’abonnement s’arrête, les morceaux deviennent illisibles il faut donc bien lire les mentions légales, (ndlr : s’équiper d’une loupe) car MusicMe entretient volontairement un certain flou autour de cet aspect limité et illimité. De l’illimité, d’accord, mais locatif.

Avec cette offre, MusicMe vise 30.000 clients fin 2007 contre 2.000 aujourd’hui.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur