Musique en ligne : Amazon joue sa partition

Régulations

Et la composition ne manque pas de rythme?

Points marquants de cette annonce, dès l’ouverture du service les morceaux ne sont pas protégés par DRM (Digital Right Management) et les prix proposés par le pionnier de l’e-commerce sont parmi les plus intéressants du marché. Dès lors, il apparaît clairement que la stratégie agressive d’Amazon a pour ambition de contrer le succès de la plate-forme de téléchargement de Apple : iTunes Le site, pour l’instant en version bêta a été sobrement baptisé “Amazon MP3.” Il devrait proposer pas moins de 2 millions de titres en format MP3. Ces morceaux sans DRM pourront être écoutés sur l’ensemble des ordinateurs et des baladeurs du marché. Une véritable attente du marché qui commence enfin à faire son chemin. Les acheteurs seront également à même de les copier sur des supports physiques. Selon l’AFP, Amazon a signé des contrats de distribution avec près de 20.000 maisons de disques dont les grandes majors que sont EMI et Universal. Rappelons qu’EMI est la première des 4 Majors du disque à avoir accepté de retirer les DRM de son catalogue de titres. Ces derniers sont disponibles sur iTunes mais aussi sur d’autres plates-formes comme Fnacmusic ou Virginmega. Les titres seront vendus 89 à 99 cents US pièce. Les albums complets sont téléchargeables au prix de 8,99 dollars pour les 100 premiers de la liste par contre il faut compter 11,99 dollars pour les autres. Le format de compression utilisé est du 256 kbps. A titre de comparaison, iTunes propose ses titres sans DRM au prix de 1,29 dollar. Les morceaux protégés par des DRM sont vendus au prix de 99 cents.

L’absence de DRM sera-t-elle suffisante pour permettre à Amazon de se faire une place au soleil ? “Les DRM constituent un des freins à l’essor de la musique légale. Leur suppression est une des conditions pour que cela décolle. Mais le principal problème, c’est le piratage, le gratuit proposé par le P2P. Et même sans DRM, lutter contre le gratuit est très difficile. Tant qu’il n’y aura pas de discours ferme et cohérent de la part des pouvoirs publics, il ne se passera rien”,explique Julien Ulrich, le patron de VirginMega.fr Sur ce chapitre-là, Amazon est donc plus économique que la firme de Cupertino, mais iTunes a encore le temps de voir venir puisque le site est quasiment en situation de monopole sur le segment de la vente en ligne de musique, selon NPD, il réalise 70% des ventes. Qui plus est, l’arrivée des nouveaux iPods et le succès de l’iPhone outre-Atlantique, mais aussi celui des anciens modèles garantit des revenus confortables à la pomme.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur