Musique en ligne : objectif 100 millions de téléchargements

Régulations

Ventes d’albums en progression de 7% au premier semestre, objectif des 100 millions de titres payants téléchargés en 2004, le marché de la musique aux Etats-Unis contredit le discours de la RIAA

Les ventes d’albums sur les réseaux traditionnels des détaillants et de la grande distribution aux Etats-Unis ont progressé de 7% au premier semestre 2004, passant de 285,9 millions d’unités à 305,7 millions, mettant fin à trois années de compression des ventes.

L’étude de Nielsen SoundScan vient encore une fois contredire les affirmations de la RIAA, l’industrie américaine du disque, qui reporte la chute des ventes de disques sur le phénomène du peer-to-peer et poursuit les utilisateurs de Kazaa. Il semblerait au contraire que la crise économique dont les Etats-Unis commencent à s’extraire, et que toutes les entreprises ont ressenti, soit l’une des causes principales de la chute des ventes de disques. Et ces chiffres ne prennent pas en compte les téléchargements payants de titres en ligne, qui sur la même période, passent de 19,2 millions de titres au premier semestre 2003 à 54 millions en 2004. Soit une progression des téléchargements en ligne qui en un an est passée de 300.00 titres par semaine à 2,4 millions ! Et le mouvement n’est que lancé, d’une part parce que la saison d’été est traditionnellement une forte période de ventes d’albums, et qu’elle sera suivie des fêtes de fin d’année? Le manque de recul ne permet pas encore de faire des projections réalistes sur les volumes de téléchargements en ligne, mais Nielsen SoundScan adopte un profil bas en estimant que les 100 millions de téléchargements seront dépassés en 2004. Ce qui devrait permettre aux adhérents de la RIAA, si le marché américain confirme sa progression sur le deuxième semestre, d’exploser leurs ventes en cumulant les revenus des ventes de CD et des droits sur les téléchargements. Et en contre partie d’infirmer leur discours sur le poids des téléchargements illégaux. Encore faut-il que l’industrie change son discours et ne détourne pas ces chiffres à son profit?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur