Mutualisation : Bercy en désaccord avec les méthodes de Free

4GRéseaux

Le ministère de l’Economie numérique encourage la mutualisation des réseaux 4G entre SFR et Bouygues Telecom que Iliad/Free pourrait faire capoter.

La dernière manœuvre de Free autour de la 4G n’a pas eu l’air de plaire en haut lieu à Bercy. Particulièrement dans l’entourage de Fleur Pellerin, ministre déléguée à l’Economie numérique notamment.

« Nous ne sommes pas d’accord avec Free. Nous voulons que cette alliance se fasse », a déclaré au JDD l’entourage de Fleur Pellerin, à propos du projet de rapprochement entre SFR et Bouygues Telecom. Des propos qui font référence à la stratégie du groupe Iliad pour pénétrer le marché de la 4G aujourd’hui animé par les trois opérateurs mobiles historiques.

Menaces à peine voilées

La semaine dernière, on apprenait que Free faisait pression auprès de SFR et Bouygues Telecom pour l’inclure dans leurs discussions sur la mutualisation des réseaux mobiles 4G (lire Partage des réseaux mobiles : Free fait pression sur SFR et Bouygues).

Dans sa lettre, le nouvel entrant cachait à peine ses menaces de bloquer le futur accord de ses deux concurrents s’il en était exclu. « Un accord entre deux des trois opérateurs de réseaux mobiles historiques qui ne prévoirait pas l’accueil du quatrième opérateur nous semblerait être un facteur de déstabilisation majeur. De plus, un tel accord pourrait être juridiquement critiquable », soulignait Maxime Lombardini, directeur général d’Iliad.

La 4G Free pour Noël

De son côté, le gouvernement encourage la mutualisation des infrastructures, « seule solution pour éviter une concentration du marché à trois opérateurs », souligne le cabinet de Fleur Pellerin. Si SFR et Bouygues Telecom scellent leur accord, cela obligera Free à se tourner vers Orange… qui, en position de force, aurait toutes les cartes en main pour tordre le bras de son remuant partenaire.

Bercy devrait engager des discussions avec l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) et l’Autorité de la concurrence dans la semaine pour fixer le cadre de l’accord de mutualisation. Free, de son côté, pourrait saisir la justice pour bloquer, ou ralentir, l’opération. Et, parallèlement, lancer son offre 4G. Xavier Niel a récemment déclaré à Challenge être « prêt à tirer, peut-être même avant la fin de l’année ».


Voir aussi
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes
Silicon.fr fait peau neuve sur iOS


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur