MWC 2010: lendemain de crise mais “bras de fer” perceptibles

Réseaux

Sur le Mobile World Congress, on sent que la crise est passée par là. Mais déjà les grands acteurs du marché s’affrontent à nouveau. Et des outsiders, comme Access, ex-PalmSource, s’infiltrent…

Barcelone.– Comme autrefois à Genève ou à Cannes, du temps des belles années des télécoms et des mobiles, la compétition retrouve son dynamisme. Certains « bras de fer » se jouent ostensiblement entre quelques géants – équipementiers ou opérateurs télécoms.

La crise économique reste perceptible: beaucoup de stands restent modestes en taille et en décoration. Les pavillons nationaux sont très discrets (où se trouve celui de l’Allemagne?). En revanche, certains pays en profitent pour se faire une place au soleil, tels l’Irlande qui met en avant ses industries du software. La France n’est pas en retrait et met l’accent sur l’exportation de son savoir faire sur 4 régions: PACA, Aquitaine, Languedoc-Roussillon, Bretagne ) avec l’implication de l’organisme d’état UBI France (ex CFCE).

Pour les bras de fer, il suffit de se tourner vers le stand imposant du géant coréen Samsung, un stand « the wave», stand en forme de vague, dont la longueur est double de celle réunissant le canadien RIM et le chinois Huawei.

A côté, le stand d’Alcatel est dans la norme de ces deux derniers mais domine celui, plus modeste, d’une autre concurrent chinois, ZTE.

mwc_barcelone_2348_ambiance_2_.jpg

En face de ce pavillon 8, on aperçoit Motorola, plus modeste. Quant colosse Cisco – où est son stand? Il est presque inexistant; il est vrai qu’il y a quelques semaines à peine, il tenait ses journées Cisco-Networker, ici même à Barcelone.

De même, Nokia, on le sait depuis quelques mois, brille par son absence, du moins dans l’enceinte du salon.

Vers le centre du palais des expositions, la Fondation Limo fait la promotion de Linux : des opérateurs majeurs comme Vodaphone, SFR, Telecom Italia, l’américain Verizon, le japonais DoCoMo y côtoient les constructeurs déjà cités, comme Huawei, ZTE, Samsung. Ajoutons-y Ericsson. Tout ce beau monde contribue, aux côtés de petites compagnies spécialistes du software, comme Acess, à cautionner l’Open Source. Car plus que jamais l’heure est à la réduction des coûts grâce à Linux.

Mais ni Orange ni Alcatel ne s’y affichent…

Le Else d’Access, sous Linux: un iPhone killer?

Avant fin 2010, du Japon, débarquerait un smartphone qui serait plus innovant encore que l’iPhone d’Apple ? C’est Access, le japonais repreneur de PalmSource, associé à Emblaze Mobile, qui confirme ses ambitions ici à Barcelone. Sur le plan de l’ergonomie, ce smartphone offrira une navigation sensitive à un doigt remarquable. En un clic on peut choisir et télécharger un morceau de musique (mais bon, c’est du mono-touch. Pour raison de brevet? C’est fort probable). Cette interface tactile (‘Else Intuition’) a été conçue par Emblaze Mobile.Sur le plan électronique , il a été réalisé par un manufacturier japonais donc, a priori, gage de bonne facture ! La puissance serait cachée sous le capot : l’OS est Linux donc mieux adapté aux chargements d’applications transposées d’une part et de travailler réellement en multi-tâche : ainsi l’application GPS tague vos photos et on peut ainsi les ranger par zones géographiques.Vous pouvez également être averti que vous passez à côté d’un ami, d’une relation qui habite dans le voisinage grâce à votre base de données ou réserver facilement ainsi une place au restaurant .Par ailleurs, si vous êtes occupés en réunion, des réponses préprogrammées peut être émises et ainsi répondre à votre interlocuteur de manière plus dynamique et personnalisé que le renvoyer sur le message unique de votre répondeur. Ceci sans perturber votre environnement.Le produit ne demande qu’à évoluer. Access cherche des sociétés partenaires pour développer ou transposer de nouvelles applications , sur la structure d’accueil simple et adaptée – selon notre interlocuteur.Exploitant un système ALP (Access Linux Platform, en version 3.0), ce smartphone compact (11,56 x 5, 66 x 1,3 cm) est conçu autour d’un processeur IT Omap 3430; il présente un écran tactile de 3,47 pouces d’une résolution de 854 x 480 pixels; il comporte un appareil photo numérique de 5 megapixels et intègre 16 Go de mémoire. Il devrait afficher toute sorte de contenus multimédia (MPEG-3, MPEG-4), avec la compatibilité Flash Lite 3.1. Le produit serait en test chez de grands opérateurs. Voilà qui va relancer la guerre des OS mobiles. A suivre!


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur