MWC 2011: premier bilan et dernières découvertes…

Réseaux

Le salon MWC 2011 ferme ses portes. Dernier tour de stands, en contournant les pavillons des “majors”…

Barcelone. – Affluence record. Surface d’exposition de “mobiles” inégalée… Force est de constater que l’édition 2011 du MWC  aura reflété les tendances d’une grande année fort prometteuse pour l’industrie des télécoms mobiles. Du moins si le moral d’un secteur d’activité se mesure au succès de son salon de référence…

Grande année oui, mais peut-être pas tant par les annonces de nouveaux produits. Si l’on ne change pas nos mentalités occidentales, il y aura toujours dans chacune des éditions de ce salon au moins une centaine de nouveaux appareils, qui seront toujours plus ergonomiques, toujours plus légers, avec des écrans toujours plus lisibles ou plus grands et des performances vidéo de plus en plus spectaculaires. (cf. articles: ‘Sécurité des smartphones‘ ou encore ‘LiMo 4 à l’assaut de la téléphonie mobile‘). Intéressons-nous plutôt à quelques tendances de fond qui ont été mises en évidence par divers témoignages recueillis cette année.

A mentionner, par exemple :
– le formidable potentiel de nouveaux secteurs d’applications verticales, comme la santé, ou les systèmes embarqués au service de la personne;
– la nécessité de revoir le modèle économique des opérateurs et fournisseurs de services (quand la demande de performances et de trafic croit si vite à prix final égal, qui est prêt à payer pour quoi ? Et pourquoi les autorités de régulation doivent-elles se faire rappeler à l’ordre par les opérateurs pour jouer leur rôle ?)
– toujours côté opérateurs, le développement de la virtualisation et du modèle « cloud » côté usages, et côté architectures techniques l’évolution enfin en marche vers le LTE
– la pression mise sur les responsables informatiques d’entreprise par les utilisateurs qui exigent, et c’est nouveau, d’imposer leurs choix d’outils de connectivité
– le développement du marché des ‘smartphones‘, et les nouvelles problématiques posées (performance, compatibilité, sécurité, imbrications usage privé – usage professionnel)

MWC 2011 Barcelona

Avant de rendre notre badge (exigence de l’organisateur par souci d’une planète plus verte! ), arrêtons-nous un instant sur un des stands du “green mobile“. Et constatons, encore une fois, que nos amis Allemands nous devancent dans la “culture écolo”: à titre d’exemple, la société rhénane Solarworld y présente un chargeur de batterie pour portable, fonctionnant à l’énergie solaire. L’appareil se recharge lui-même en permanence, et délivre via son port USB l’énergie nécessaire à alimenter les batteries des téléphones et smartphones.

Devant le stand (modeste) de HP, on constate qu’il y a toujours la foule pour assister à la démonstration en continu de la nouvelle tablette Touchpad (cf. notre article ”). Cette tablette est manifestement faite pour celles et ceux qui doivent mener plusieurs activités en parallèle (et ils sont de plus en plus nombreux) : empilements/dépilement d’onglets pour jongler avec de multiples applications simultanées de tous types et avec des interruptions de toutes origines, versatilité des formats de documents et des formats d’échange avec d’autres appareils “amis” comme le téléphone…

Dommage que ce type de produit soit encore, par son prix, à ranger dans la catégorie « luxe ». Mais les analystes le promettent: après l’explosion des smartphones (phase actuelle) ce sera le tour des tablettes, dont les prix devraient alors chuter…

MWC 2011 Barcelone vued'ensemble

Enfin, dans la maison de l’embarqué (“Embedded Mobile House“) installée dans une cour de la Fira de Barcelone, inquiétons-nous peut-être d’un nouveau Big Brother… Le fondeur de silicium Qualcomm présente sa nouvelle application embarquée destinée aux flottes automobiles… et aux assureurs!
La solution s’appuie sur des “retours en temps réel” concernant le comportement du conducteur (vitesse, accélérations, distance parcourue,…). Elle est destinée aux utilisateurs qui choisissent des formules d’assurance personnalisées, non plus du type “Payez pour ce que vous parcourez“, mais “Payez selon la façon dont vous conduisez“. Finie la mutualisation! Mais ne soyons pas totalement négatifs: l’application pourrait également sauver des vies, grâce à ses fonctionnalités d’accidentologie (c’est la voiture qui, seule, peut informer d’un accident ou qui prévient d’un bouchon ou d’un danger). A voir…
_______

Claude Baratay, envoyé spécial à Barcelone, Cabinet B&L (Bream & Laanaia)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur