MWC 2014 : NSN s’attaque au Big Data pour muscler ses offres

Big DataCloudDSIRéseauxSécurité

Triple Carrier, prédiction d’incident, sécurisation des terminaux mobiles, gestion de la fidélité. Au Mobile World Congress, qui se tient bientôt à Barcelone, NSN (Nokia Solutions and Networks) livrera plusieurs innovations, souvent impulsées par l’analyse de vastes volumes de données.

Nokia Solutions and Networks (NSN) lancera une cinquantaine de nouvelles solutions pour les réseaux mobiles dans le courant de l’année et dont une bonne partie sera présentée lors du Mobile World Congress de Barcelone (MWC 2014), à la fin du mois. Autant de nouveautés qui accompagnent la vision pour 2020 du gigaoctet de données consommé chaque jour par utilisateur mobile, vision précédemment présentée par Raveej Suri, le PDG de NSN.

Nous avons retenu une poignée de ces nouveautés, essentiellement dans le hardware, les services, le Cloud et la sécurité. « De vraie innovations », insiste Alain Ferrasse-Palé, président de la filiale française, dont la plupart sont pour l’heure inédites sur le marché. « Nous sommes les premiers à les lancer. »

Triple carrier

A commencer par une solution d’agrégation de trois porteuses. Dans la continuité du Dual Carrier, le triple carrier permettra d’offrir jusqu’à 450 Mbit/s de bande passante théorique par terminal (du moins ceux qui seront compatibles ce qui n’est à ce jour le cas d’aucun smartphone du marché). Réservée aux opérateurs disposant d’au moins trois bandes de fréquences, la technologie devrait être très prisée « par les acteurs japonais qui ne disposent souvent que de 5 MHz de bande », note Yann Begassat, directeur technologie de NSN France. Sans atteindre les 450 Mbit/s (faute de largeur de bande suffisante), le triple carrier leur permettra néanmoins d’améliorer considérablement leurs capacités en downlink.

Une solution qui sera rapidement proposée par la concurrence, mais sur laquelle NSN entend maintenir sa distinction par l’intégration de l’eICIC (e-Inter Cell Interface Coordination), qui ajoute un système d’équilibrage des charges (load balancing) entre les small cell et les cellules macro au standard de correction des interférences ICIC. Un détail qui pourrait faire la différence alors que le mélange macro/small cell est appelé à s’étendre pour consolider le déploiement de la 4G.

Le triple carrier travaille ainsi à améliorer les technologies d’agrégation de porteuse qui pousseront les débits vers la future 5G. Débits également améliorés par la dernière génération du Smart Scheduler, l’ordonnanceur propriétaire de l’équipementier finlandais, qui améliore les capacités de 30% en limite de réseau et de 20% sur l’ensemble de la cellule (lire NSN atteint les 2,6 Gbit/s en 4G). Il va sans dire que l’ensemble de ces nouveautés sont compatibles avec les stations radio Flexi Multiradio de NSN déjà déployées, la mise à niveau se faisant par update logiciel.

Prévenir les incidents

NSN profitera également du MWC pour présenter sa nouvelle offre de managed services. Offre qui, après la maîtrise des paramètres techniques (PKI) et la gestion des utilisateurs en temps réel (CEM), propose désormais d’anticiper sur les incidents réseaux. « Predictive Operation permet de prédire les pannes 48 heures à l’avance avec 95% de fiabilité », annonce le dirigeant de NSN France.

Comment ? En s’appuyant sur l’analyse et l’agrégation des données (« en deux ans nous avons collecté plus de données que ces 30 dernières années »), auxquelles s’ajoutent des systèmes cognitifs d’apprentissage afin de « définir des profils de trafic » qui, par comparaison avec l’historique, alerteront sur les risques d’incidents ou les besoins spécifiques potentiels. Ou comment mettre l’analytique et le Big Data au service des opérateurs télécoms. « On veut monter en gamme dans les services managés », précise Alain Ferrasse-Palé.

Des outils pour le Cloud

Profitant des prémices de la virtualisation des infrastructures télécoms, NSN entend proposer New Cloud Application Manager aux opérateurs, une trousse à outils pour la mise en place d’applications et leur gestion. « C’est de l’intégration IT, reconnaît le dirigeant, mais on l’intègre dans la partie télécom où réside encore notre valeur. Cela permet le provisionnement automatiquement de nouveaux services, comme le LTE, tout en assurant la gestion de la partie hardware. » L’offre assure ainsi la maîtrise de l’élasticité dans l’environnement traditionnel. « On aide l’opérateur à s’interfacer avec son environnement télécom afin d’accélérer la mise sur le marché des services, et ce de manière sécurisée », poursuit notre interlocuteur qui rappelle que l’offre est « agnostique au niveau des piles logicielles ».

Sécuriser les smartphones

2014 sera plus que jamais une année consacrée à la sécurité. Non plus au niveau du réseau lui-même mais plus au niveau des terminaux. « Moins de 3% des smartphones disposent d’une solution de protection, il faut donc sécuriser le terminal par le réseau. » Comme avec la prédiction des pannes, NSN entend s’appuyer sur des profils de trafic pour « en repérer les anomalies ». Anomalies qui, associées à une base de signatures de malwares apportée par le partenaire F-Secure, permettra de prendre (automatiquement) la décision de bloquer un service infecté à l’échelle d’un utilisateur (envoi massif de SMS par exemple) le temps de pousser les paramètres de reconfiguration du terminal pour corriger le problème. Une offre qui sera également vendue comme un service ou intégrée à la demande des « gros » opérateurs.

Lesquels s’intéresseront aussi potentiellement à Loyalty Index. Il s’agit d’un outil qui, toujours à partir de l’analyse des données CEM, permettra de donner en temps réel la tendance du NPS (Net Promoteur Score), un indice de tendance très prisé des services marketing pour mesurer les comportements des clients les plus fidèles et potentiellement prescripteurs… Un indice aujourd’hui déjà suivi, mais avec des décalages de plusieurs semaines, voire plusieurs mois. « Loyalty Index permet, par exemple, de repérer la montée d’un mécontentement suite à l’arrivée sur le marché d’un nouveau terminal mal configuré pour le réseau, et de réagir aussitôt. » Autrement dit, l’alliance du temps réel et de la pertinence du NPS. « Une première », assure Alain Ferrasse-Palé.

Autant de nouveautés qui seront détaillées au MWC 2014 et accompagneront la démonstration du record de 2,6 Gbit/s de bande passante que promet de réaliser NSN à Barcelone.


Lire également

Toutes nos actualités MWC 2014


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur