MWC 2015 : l’Internet des objets passera par le LTE-M selon Nokia

4GLogicielsMobilitéOperateursPolitique de sécuritéProjetsRéseauxSécurité

Objets connectés, 5G et sécurité seront au centre des démonstrations de Nokia au Mobile World Congress de Barcelone.

A Barcelone, à l’occasion de la grand messe de l’industrie mobile à partir du 2 mars prochain, Nokia Networks abordera le LTE-M. En partenariat avec Korea Telecom, l’équipementier finlandais démontrera l’intérêt de cette norme pour l’Internet des objet (IoT) et autres objets connectés. Le LTE-M (pour Machine to Machine) est une implémentation de la release 13 du 3GPP, l’association chargée de fixer les normes des technologies mobiles.

Tout en bénéficiant des capacités large bande de la 4G, le LTE-M se distingue du LTE par sa faible consommation énergétique (afin d’assurer aux objets alimentés par batterie une autonomie supérieure à 10 ans), une capacité de couverture multipliée par quatre et un coût de développement des composants plus faible. Une norme qui entend notamment répondre aux besoins des objets connectés tant mobiles (ceux que l’on porte sur soi, les voitures, etc.) que fixes (les réseaux “intelligents” de distribution d’énergie, les smart cities, etc.) adressables par les opérateurs.

« Chez Nokia, nous pensons que la mise en réseau des objets connectés nécessite une norme unifiée via le LTE-M qui peut s’appuyer sur les réseaux déployés, explique Yann Begassat, directeur technologie de Nokia Networks France. Sinon, il y a un risque de coûts élevés et de fragmentation. Il est important que les opérateurs soient au centre de la distribution des services de l’Internet des objets. »

LTE-M et ondes millimétriques

Le LTE-M s’inscrit en substance comme une technologie taillée pour la 5G, laquelle devra supporter les dizaines de milliards d’objets qui viendront se connecter au réseau dans un futur proche. Dans ce cadre, Nokia présentera au Mobile World Congress des prototypes radio développés autour des technologies à base d’ondes centimétriques et millimétriques à très hautes et ultra hautes fréquences (entre 3,5 et 70 GHz voire 100 GHz) avec un système d’antenne avancée. Ces nouveaux équipements sont taillés pour répondre aux besoins massifs de capacité réseau des objets connectés (de l’ordre du Gbit/s) et affichent de très faibles latences pour répondre aux applications temps réel. Nokia dévoilera pour l’occasion une nouvelle structure de trame radio qui descend la latence sous les 9 millisecondes. Le premier déploiement du LTE-M et des équipements à très haute fréquence devrait avoir lieu dès 2016 chez Korea Telecom.

Enfin, Nokia accompagnera son ensemble de solutions de connectivité de Mobile Guard Solution, une évolution de son offre de sécurité pour smartphones étendue aux smart cities, smart grid et autres modules de contrôle à distance (systèmes de eSanté, objets résidentiels pour les applications IoT). Cette application, développée avec F-Secure, vient se corréler aux solutions analytiques de l’équipementier afin d’accélérer la détection d’intrusion ou la présence d’agents malveillants en repérant le trafic anormal dans un réseau. En matière de sécurité des objets connectés, tout reste à faire visiblement. Nokia rappelle que 90% des objets connectés contiennent des informations d’ordre privé et que 70% d’entre eux sont connectés via des communications non cryptées. « Cela permet potentiellement d’exploiter les ressources d’un réseau de caméras de surveillance pour lancer des attaques DDoS, par exemple », illustre Yann Bagassat. En élargissant son offre de connectivité réseau à la sécurité, Nokia Networks entend bien s’inscrire comme un acteur majeur de l’Internet des objets.


Lire également
MWC 2015 : Nokia Networks déporte le réseau cellulaire dans le Cloud
Internet des objets : l’opérateur Sigfox glane 100 millions d’euros
Les objets connectés nous refont le coup de la nouvelle économie


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur