Pour gérer vos consentements :
Categories: Cloud

MWC : N. Petit, Microsoft : « Plus de fonctions pro pour Windows Mobile »

Barcelone – Avec un marché des smartphones en plein essor, Microsoft tire son épingle du jeu avec son OS Windows Mobile qui équipe désormais certains modèles de 50 constructeurs (avec le tout nouveau sur la liste, Sony Ericsson; cf. notre article). A ce jour, cela signifie leur distribution auprès de 160 opérateurs mobiles dans le monde. La firme de Redmond se concentre désormais sur la prochaine version de son système -la version 7- qui misera sur les services et le grand public.

Cette stratégie est assez proche de celle de Nokia avec son portail OVI… Nicolas Petit, directeur de Windows Mobile France commente.

Dans quelle mesure avez-vous profité de l’essor des‘smartphones‘ ?

La croissance de Windows Mobile atteint 100% en France comme dans le reste du monde. Beaucoup de fabricants nous ont récemment rejoints, notamment Sony Ericsson avec sa gamme Xperia, ou encore Toshiba. Ce sont des signes très encourageants. HTC reste le premier vendeur de ‘smartphones’ sous Windows Mobile mais sa part va se rééquilibrer. Même tendance avec les opérateurs. En France par exemple nous sommes désormais présents chez les trois grands.

L’arrivée des forfaits illimités a également dû vous aider ?

On les attendait depuis longtemps, seul l’illimité permet la libéralisation des usages. Pour autant, ces forfaits sont encore améliorables.

Face à la concurrence du Blackberry, les progrès sont-ils les mêmes en entreprises ?

Nous continuons notre percée. Mais nous avons l’intention de reprendre la main avec des innovations. Nous allons intégrer des outils de communications unifiées, de CRM et d’ERP à la plate-forme. Surtout,nous allons mettre à disposition, dès ce printemps, System Center Mobile Device Manager qui permettra de gérer une flotte de mobiles comme une flotte de PC. Ce service intègre des outils d’administration et de sécurité fortement demandés par les entreprises comme la désactivation à distance, la politique d’administration des combinés, le VPN, le blacklisting…, le tout gérable et déployable depuis une seule source.

Pourtant, Windows Mobile 7 se focalisera plus sur les services grand public?

Oui. Nous voulons démocratiser les usages de l’Internet mobile en rendant plus simple l’utilisation de nos services Web (recherche, email, messagerie instantanée) sur mobiles. Nous allons refondre totalement Internet Explorer pour mobile. Nous voulons étendre le spectre des usages. Cette stratatégie passe par des rachats comme celui de MusiWave ou plus récemment de Danger, une société qui développe depuis 10 ans des services permettant aux utilisateurs de rester en contact avec leurs amis et collègues. Nous lançons également Windows Live @mobile, dont l’objectif est de permettre aux opérateurs de téléphonie mobile de déployer plus rapidement un ensemble de services Microsoft standards comme Windows Live ou MSN Mobile.

Cela ressemble furieusement à Google Android…

Ca ne fait que confirmer notre stratégie, faire du ‘soft’ ouvert, attirer les constructeurs autour de notre plate-forme.

Concernant Android, je suis un peu sceptique. Si la base est Linux, chacun pourra ensuite ajouter des couches de personnalisation. Finalement, les interfaces seront différentes et cela posera des problèmes d’implémentation de services. Le coeur est homogène mais ce qui est au-dessus l’est beaucoup moins. Cela revient à faire du Java… Je ne pense pas qu’Android soit en mesure de tenir sa promesse d’homogénéité. Or c’est bien ce qu’attendent les opérateurs.

Android n’est pas encore concrètement exploité et Google pourra faire évoluer sa plate-forme…

On verra leur degré d’engagement et surtout de financement. Ils devront mettre le paquet et il leur faudra du temps pour gagner de l’argent…

Miser sur les services, c’est aussi la stratégie de Nokia avec OVI… Vous sentez-vous menacés ?

Nokia essaie depuis longtemps de se diversifier dans les services. Jusqu’à présent, ils ont souvent échoué. Ils n’ont pas fait la preuve de leur capacité à faire du ‘soft’ et à agréger les gens tout autour. Ils ont tout à prouver afin de populariser leurs services. Nous pensons que les utilisateurs préfèreront toujours retrouver sur leur mobile leurs services favoris du Web.

Un éventuel rachat de Yahoo par Microsoft aurait-il du sens dans le mobile avec d’un côté l’OS et de l’autre les services Yahoo Go ?

Rien n’est fait, mais cela a du sens en effet. Yahoo Go est remarquable et l’association avec Windows Mobile aurait du sens. Nous avons beaucoup à apprendre d’eux, il existe beaucoup de complémentarités mais aussi de concurrence dans les services. Yahoo sait comment amener ses utilisateurs Web vers le mobile. Pour autant, Yahoo Go est fermé. Or l’enjeu aujourd’hui, c’est être ouvert.

Recent Posts

ESN : DXC cherche (encore) à se vendre

DXC Technology confirme des discussions avec un "sponsor financier". La société de capital-investissement BPEA serait…

2 heures ago

Cybersécurité : pourquoi Pradeo s’offre la start-up rennaise Yagaan

En prenant le contrôle de Yagaan, Pradeo dit engager la consolidation entre acteurs français de…

5 heures ago

6 casques VR pour le métavers d’entreprise

Quelles portes d'entrée dans les métavers B2B ? Côté casques, voici six modèles d'autant de…

5 heures ago

ESN 2022 : le top 10 en France

L'année 2021 est marquée par une croissance de 12 % pour les ESN et ICT,…

6 heures ago

OpenStack assouplit sa politique de saut de version

OpenStack va simplifier le basculement entre des versions majeures non consécutives, avec les mêmes garanties…

9 heures ago

5 scale-up françaises de cybersécurité à retenir

De Ledger à HarfangLab, des entreprises et start-up françaises de sécurité cyber et protection de…

1 jour ago