Nathalie Kosciusko-Morizet nommée à l'Economie numérique

Régulations

Les défis seront nombreux pour l’ancienne secrétaire d’Etat à l’Ecologie. Mais elle pourra compter sur son frère, patron de Price Minister…

C’est finalement la seule surprise de ce mini-remaniement ministériel annoncé ce jeudi par François Fillon, le Premier ministre. Eric Besson, nommé au ministère de l’Immigration sera remplacé à l’Economie numérique par Nathalie Kosciusko-Morizet en charge jusqu’à aujourd’hui de l’Ecologie.

Les observateurs tablaient pourtant sur Patrick Devedjian, Frédéric Lefebvre (à qui l’on doit l’excellent,‘le Web 2.0, c’est le Web d’aujourd’hui’) ou encore Bruno Retailleau, un proche de Philippe de Villiers. Mais sa volonté de ne pas renier le MPF, le Mouvement pour la France, a peut-être joué contre lui malgré ses connaissances dans les NTIC. Il est d’ailleurs spécialiste des nouvelles technologies au Sénat.

Ce qui n’est pas vraiment le cas de Nathalie Kosciusko-Morizet. Excepté le fait qu’elle soit la soeur de Pierre Kosciusko-Morizet, fondateur et directeur du site de vente en ligne PriceMinister.com, la jeune femme n’est pas connue pour sa maîtrise des dossiers liés aux nouvelles technologies.

Néanmoins, l’ASCEL, l’association de l’Economie numérique, puissant lobby du secteur, “salue cette nomination et lui apporte tout son soutien dans sa mission de développement de l’économie numérique en France”. Mais qui préside cette association ? Pierre Kosciusko-Morizet (!) qui ne manquera pas de donner un coup de main à sa soeur voire de l’influencer sur des brûlants comme la régulation du Net ou la taxation des FAI ou des sites de vidéo… Il paraît certain que sa parole sera entendue… Certains parleront même de conflit d’intérêt.

L’AFDEL, l’association française des éditeurs de logiciels, se réjouit également de cette nomination et souligne que “Nathalie Kosciusko-Morizet dispose de toutes les compétences requises par le sujet de l’économie numérique et a fait preuve lors de ses précédentes responsabilités de dynamisme et de volontarisme. Des qualités qui ne seront pas de trop pour aborder tous les enjeux, économiques et sociétaux, que pose le développement du numérique”.

En effet, le programme de la secrétaire d’Etat est chargé. Elle aura ainsi la charge de mettre en œuvre le plan Numérique 2012 élaboré par son prédécesseur. Surtout, elle devra imposer ses vues sur des sujets qui aujourd’hui semblent avoir été pris en main par le gouvernement : licence mobile, télévision mobile, déploiement de la fibre optique, piratage, dividende numérique…

Nathalie Geneviève Marie Kosciusko-Morizet est née le 14 mai 1973 à Paris.

De 1997 à 1999, elle est agent contractuel, détachée à la direction de la prévision au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie.

Elle est ensuite conseillère commerciale, responsable de la cellule environnement à la direction des relations économiques extérieures (Dree) au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie de 1999 à 2001 avant de devenir chargée de mission auprès du directeur de la stratégie d’Alstom.

À partir de mai 2002, elle entre au cabinet de Jean-Pierre Raffarin comme conseiller technique pour l’écologie et le développement durable.

Elle est Polytechnicienne (promotion 1992), a choisi la biologie comme spécialité et l’École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (ENGREF) comme école d’application. Elle est également titulaire d’un MBA du Collège des ingénieurs (promotion 1997).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur