NEC signe son grand retour avec les Intel Xeon 5600

Sécurité

Discret ces derniers temps sur le marché hexagonal, NEC Computers revient dans la course avec pas moins de trois nouveaux serveurs, dont un FlexPower taillé autour des nouveaux Xeon d’Intel

Depuis que NEC a quitté les marchés des PC et notebooks en mai 2009, le constructeur nippon s’est fait discret dans nos contrées ces derniers temps. « L’entreprise s’est restructurée en se focalisant son attention sur l’infrastructure IT, explique Laurent Clerc, Data Center Solution Manager chez NEC Computers France. En Fait, l’Europe s’aligne désormais sur la stratégie mondiale de NEC dont le savoir-faire est depuis toujours l’infrastructure, la téléphonie, le réseau, le sattelite… En informatique, nos solutions vont du simple serveur aux supers calculateurs. »

NEC Computers revient dans la course avec pas moins de trois produits dédiés au centre de données annoncés coup sur coup. A commencer par la nouvelle version du FlexPower destiné aux marchés de la virtualisation et du cloud computing. Il est construit autour des nouveaux processeurs Intel Xeon 5600. « Le nouveau FlexPower est unrefreshde la gamme à laquelle les nouveaux processeurs d’Intel apportent plus de performances, de fonctions de virtualisation et de sécurité, explique Sihem Bara, chef produit FlexPower, Intel a beaucoup amélioré les caractéristiques de sécurité sur les machines virtuelles par rapport au Xeon 5500 qui en marquait les débuts. » La responsable fait notamment référence aux fonctionnalités de chiffrement AES récemment implémentées.

Une architecture intégrée modulaire

Sur le papier, le FlexPower Xeon 5600 apporte des performances en hausse de 63% sur du calcul pur et jusqu’à 50% sur des applications d’entreprises type ERP ou base de données. Des caractéristiques en tous points comparables à celles annoncées par Intel. Un pur hasard? « Les tests sont en cours de validation, reconnaît Sihem Bara, mais nous sommes globalement très satisfaits des premiers résultats. »

Les qualités du FlexPower ne se limitent de toute façon pas à son nouveau moteur. Elles se distinguent par son architecture modulaire et intégrée. La solution permet en effet d’accueillir jusqu’à 6 racks et conserve la compatibilité avec les générations Xeon 5500 et 5400. Ce qui apporte une flexibilité intéressante à l’entreprise qui fait ainsi évoluer ses équipements selon ses besoins. D’autre part, le FlexPower dispose de Shared Lun, une fonction simplifiée de partage de disque dur virtuel (les « LUN ») sur plusieurs serveurs rack qui permet ainsi de supporter des plates-formes de clustering et virtualisation. Autre fonction, le LUN Copier de duplication des disques virtuels existant sans outil supplémentaire. « Il suffit de copier le disque virtuel du premier serveur sur les autres et d’effectuer ensuite les changements nécessaires pour le choix du RAID, c’est très simple à faire, il n’y a pas besoin d’être informaticien », assure Sihem Bara.

necflexpowerface.jpg

Enfin, le produit intègre le stockage, le réseau et les outils de gestion. Une formule tout-en-un qui fait gagner du temps… et de l’argent. « Une configuration haut de gamme à 6 serveurs sera moins chère que 6 serveurs en baie de stockage », selon la responsable produit. Disponible pour la fin avril, le prix du FlexPower démarre à 6 395 euros. A noter que NEC se penchera aussi sur le Xeon 7500 Nehalem EX, qu’Intel doit présenter à la fin du mois, et qui se traduira par l’arrivée du R140B4, un nouveau serveur quadri processeurs pour fin avril également. Nous y reviendrons.

Une administration indépendante de l’OS

Si le FlexPower vise notamment la virtualisation des applications et les marchés de consolidation, NEC se concentre aussi sur les besoins des hébergeurs et opérateurs avec la gamme de serveur Imodel. Commercialisée depuis 2 ans au Japon, la nouvelle version débarque en Europe. L’Imodel iR120a-1E peut embarquer deux Xeon 5500 et jusqu’à 32 Go de mémoire. « Il s’agit d’un rack HPC retaillé pour le data center mais aussi aux grosses PME, soutient Laurent Clerc, il se distingue par une consommation d’énergie réduite (entre 175 et 230 watt), une empreinte physique minimale et une grandemanageabilitéen administration comme en support. »

L’Imodel est notamment administrable indépendamment du système hôte « ce qui permet de piloter la machine à distance pour prévenir les pannes de disques durs, de CPU, LAN, mémoire, fichiers systèmes et températures sans passer par l’OS. » A ce titre, l’Imodel vise les marché de l’hébergement, physique et virtuel, et de serveur Linux partagé. L’Imodel évoluera d’ici six mois vers la version Xeon 5600. « Le prochain modèle bénéficiera d’une alimentation séparée, précise Laurent Clerc, ce qui permettra d’avoir de la redondance machine et d’économiser 10 % d’énergie. De plus, l’alimentaiton extérieure réduit l’effet d’échauffement et, donc, les besoins de refroidissement. »

FlexNVD pour une virtualisation du poste de travail alternative

Dernier produit récemment annoncé par NEC, la version 2 du FlexNDV. Il s’agit d’un FlexPower agrémenté des technologies de virtualisation de Neocoretech (lire à ce sujet l’article sur EweekEurope.fr ). FlexNDV se présente comme une alternative aux solutions traditionnelles de virtualisation du poste de travail, dont le credo reste la simplicité de mise en œuvre et d’administration. Aux dires de NEC, la solution permet de créer des machines virtuelles en quelques minutes, accessibles depuis un simple navigateur, et de retrouver les configurations initiales par un simple reboot du système. Une solution qui intéressera notamment les centres de formation où les utilisateurs auront tout loisir de triturer leur poste de travail sans risque de mettre en péril la sécurité de l’infrastructure.

____

Le 7 avril prochain, juste après les annonces d’Intel, une conférence-débat de 55 mn est organisée en direct sur le Web – qui portera précisément sur ces nouveaux calculateurs HPC . Parmi les clients témoins, figure notamment le LIMSI, laboratoire du CNRS spécialisé dans l’Informatique pour la Mécanique et les Sciences de l’Ingénieur, invité par VecSys. Intel reviendra sur les annonces ce printemps 2010, et HP présentera ses toutes récentes mises à jour dans ce domaine. En introduction, IDC retracera les perspectives nouvelles qu’ouvrent ces supercalculateurs dits départementaux ou des HPC ‘workgroup servers‘. (Renseignements, inscription gratuite : cliquer ici)

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur