Pour gérer vos consentements :
Categories: EcologieGreen IT

NegaOctet se concrétise : quels seront ses premiers usages ?

NegaOctet est « enfin lancé », clamaient la semaine dernière les porteurs du projet. Qu’importe si dans la pratique, sa principale brique est disponible depuis quelque temps.

Cette brique, c’est une base de données. Elle contient des informations sur 1500 composants et équipements. L’accès en intégralité est payant. Une version restreinte est accessible dans la base IMPACTS de l’ADEME. Laquelle finance en partie NegaOctet, lauréat, en 2018, de son appel à projets PERFECTO.

Ces données viennent en support d’une méthodologie de mesure fondée sur les normes de management environnemental ISO 14040 et 14044. La première définit les principes et le cadre des ACV (analyses du cycle de vie, qui se sont déjà imposées dans certains secteurs d’activités, comme le bâtiment avec la RE 2020). La seconde en fixe les exigences et les lignes directrices.

La méthodologie se décline en RPC (référentiels par catégories de produits). Autant de déclinaisons du référentiel BP X 30-232-0 (« Principes généraux pour l’affichage environnemental des produits de grande consommation »). Ils sont construits sur les mêmes bases que les référentiels PEF IT équipements (dispositif européen) et ITU L.1410/ETSI 203 199 (qui indique les étapes d’une ACV de service numérique).

Cloud et téléphonie : des référentiels spécifiques en préparation

Deux RPC sont pour le moment en place :

« Fourniture d’accès Internet »
En toile de fond, l’article 13 III de la loi AGEC. Il impose aux FAI d’informer leurs abonnés de la quantité de données consommées (sur les réseaux fixes et mobiles) et des émissions de gaz à effet de serre correspondantes. Échéance : le 1er janvier 2022.

« Services numériques »
Définis comme les « [activités] se caractérisant par la réalisation d’une prestation ou la mise à disposition d’une information mobilisant un ensemble d’équipements, infrastructures numériques et d’autres services numériques […] »

L’un et l’autre RPC illustrent les subtilités de l’approche ACV. Sur la partie FAI, par exemple, on a choisi d’exclure les éléments pouvant compléter le service d’accès. Par exemple, les boîtiers TV et les récepteurs Wi-Fi. Reste par ailleurs à élaborer les règles d’allocation entre produits et coproduits.

Prochaines étapes : des RCP « cloud et datacenter » et « réseaux d’entreprise et téléphonie ».

NegaOctet n’est pas seul, et de loin, dans la sphère des outils de calcul d’impact environnemental. En témoigne le tableau ci-dessous, extrait d’un rapport de mai 2021 signé de la Délégation ministérielle au numérique en santé.

(Cliquer pour agrandir.)

Illustration principale ©peach_fotolia – Adobe Stock

Recent Posts

Cloud : 4 points à retenir du rapport Aryaka

Adoption cloud, espace de travail hybride, convergence réseau et cybersécurité… La migration monte en puissance.

4 heures ago

Automatisation et emploi : pourquoi l’Europe peut mieux faire

Impactés par l'automatisation, 12 millions d'emplois seraient détruits dans 5 pays d'Europe, d'ici 2040. La…

10 heures ago

Green IT : 10 chiffres sur l’empreinte écologique

L'ADEME et l'Arcep ont remis au Gouvernement leur rapport sur l'empreinte environnementale du numérique en…

10 heures ago

Cisco : 4 certifications qui rapportent

Dans les technologies et les réseaux, une expertise certifiée peut faire la différence. Les certifications…

1 jour ago

WeTransfer vers une valorisation de 716 millions €

Le service de transfert et de stockage de fichiers WeTransfer sera évalué entre 629 et…

1 jour ago

Threat intelligence : VirusTotal tente de valoriser les IoC

VirusTotal (plate-forme de renseignement sur les menaces) a récemment introduit le principe des « collections…

1 jour ago